Pourquoi adhérer à l'AVP en 2019 ?

Créer du lien au sein de l’association et nous connaître un peu mieux. Parce qu’une association c’est avant tout créer des occasions de se rencontrer, d’échanger, nous avons décidé de déclencher ces occasions afin que tous les adhérents puissent avoir un vrai rôle participatif, que chacun puisse...

Comment adhérer à l'Association ?
1 - Chez nos représentants :
TAHITI : Tahiti Yacht Accessoire à la marina Taina (Michel Baltzer)
HIVA OA : Maintenance Marquises Service (Chantier naval)
FAKARAVA : Fakarava Yacht Services (au village)
FAKARAVA : Pakokota Yacht Services (Pension Pakokota)
2 - Ou en ligne sur ce site
Un espace membre réservé
- Accès privilégié à des bons plans partagés
- Participation aux commandes groupées
- Des informations actualisées au quotidien
- Des forums pour s'exprimer et échanger
L'Association des Voiliers en Polynésie c'est avant tout un réseau de :
237 adhérents et 203 voiliers
434 abonnés Newsletter
6 antennes dans les iles
1862 abonnés sur Facebook
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Slider

Quel avenir pour la plaisance en Polynésie ?

Home Association dans les médiasQuel avenir pour la plaisance en Polynésie ?

Quel avenir pour la plaisance en Polynésie ?

No Comments

Alors que le Pays a demandé aux voiliers situés dans la baie d’Outumaoro, à Faa’a, de quitter les lieux d’ici le mois de mars prochain, l’Association des voiliers en Polynésie s’inquiète du manque d’infrastructures adaptées à cette activité croissante, ainsi que de l’évolution très restrictive des conditions de séjour des plaisanciers au fenua. De son côté, la Direction polynésienne des affaires maritimes (DPAM) assure que "le Pays travaille à élaborer des solutions".

Crédit photo : Dominique Schmitt

Crédit photo : Dominique Schmitt
Après l’annonce par le gouvernement de sa volonté de faire déménager les voiliers mouillés dans la baie d’Outumaoro, une problématique de taille fait surface : les infrastructures pour accueillir les plaisanciers en Polynésie ne sont pas assez nombreuses. L’Association des voiliers en Polynésie (AVP) s’interroge sur les solutions envisagées par le Pays, d’autant que la réglementation en vigueur semble opaque. La communauté des gens de la mer navigue ainsi en eaux troubles et ne supporte plus d’être stigmatisée par la population vivant "à terre". Accusée souvent à tort de pollution, elle s’est toujours engagée dans le respect de l’environnement et a même créé localement une charte de bonne conduite. D’ailleurs, faut-il préciser que les déchets organiques des plaisanciers concentrés sur la côte Ouest (Faa’a et Punaauia) sont moins néfastes pour la faune et la flore que les rejets des 60 000 personnes qui y résident ? En outre, la plupart des bateaux sont désormais équipés de cuves de récupération pour les "eaux noires" (eaux de toilette et W.-C.) et qu’il suffit, dans le cas contraire, de sanctionner les récalcitrants et de leur imposer l’installation du système...
TAHITI PACIFIQUE - Vendredi 13 Décembre 2019 - écrit par Dominique Schmitt
Pour lire l'intégralité de ce Dossier, commandez Tahiti Pacifique n° 422 en cliquant ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

EnglishFrenchGermanItalianSpanish