Pourquoi adhérer à l'AVP en 2019 ?
Pourquoi adhérer à l'AVP en 2020 ?

Créer du lien au sein de l’association et nous connaître un peu mieux. Parce qu’une association c’est avant tout créer des occasions de se rencontrer, d’échanger, nous avons décidé de déclencher ces occasions afin que tous les adhérents puissent avoir un vrai rôle participatif, que chacun puisse...

Diapositive 1- Copie
Comment adhérer à l'Association ?
1 - Chez nos représentants :
TAHITI : Tahiti Yacht Accessoire à la marina Taina (Michel Baltzer)
HIVA OA : Maintenance Marquises Service (Chantier naval)
FAKARAVA : Fakarava Yacht Services (au village)
FAKARAVA : Pakokota Yacht Services (Pension Pakokota)
2 - Ou en ligne sur ce site
Diapositive 1- Copie- Copie- Copie
Diapositive 1- Copie- Copie
Un espace membre réservé
- Accès privilégié à des bons plans partagés
- Participation aux commandes groupées
- Des informations actualisées au quotidien
- Des forums pour s'exprimer et échanger
Diapositive 1- Copie- Copie- Copie- Copie- Copie
L'Association des Voiliers en Polynésie c'est avant tout un réseau de :
317 adhérents et 293 voiliers
606 abonnés Newsletter
6 antennes dans les iles
3347 abonnés sur Facebook
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow

PGEM vs État d’urgence sanitaire : une indignation lucide

Home ActualitésPGEM vs État d’urgence sanitaire : une indignation lucide

PGEM vs État d’urgence sanitaire : une indignation lucide

No Comments

ET LE BON SENS DANS TOUT ÇA ?
PGEM vs État d'urgence sanitaire : "une indignation lucide"

Ce nouveau confinement en Polynésie française (mais en est-il vraiment un quand on voit que le seul motif d’attestation dérogatoire de déplacement qui n’est pas mis est : « aller voir les potes » !) a forcément eu son lot d’aberrations.

Environ une semaine après la date du 23 août 2021 (entrée dans le confinement), les premiers prémices d’un questionnement de plaisanciers, notamment anglo-saxons, est apparu sur les réseaux sociaux : autour de Moorea, la Police municipale leur demandait de déplacer leur voilier au motif des 48h de mouillage autorisé sur sable du PGEM.

Or lors du précédent confinement de 2019, autour de Moorea, la Police municipale était effectivement venue voir les voiliers au mouillage pour leur signifier que le PGEM était suspendu et que le confinement, mesure exceptionnelle, prévalait. Il fallait alors rester sur le mouillage et ne pas bouger (« On tolère que vous barbotiez autour de votre voilier. » … autre confinement, autres règles).
En quoi la situation actuelle est-elle différente ?

Pourquoi les voiliers de Moorea auraient-ils le droit de se déplacer autour de l’île alors que la population est confinée ? Je ne précise même pas « population terrestre », comme s’il fallait différencier les deux dans un élan de vision manichéenne. Intolérable et inconcevable.

Car jusqu’à preuve du contraire, les plaisanciers font bien partie de la population au sens large de la Polynésie française, donc il semblerait qu’ils soient soumis au confinement, non ?

Évidemment, le civisme et le bon sens sont propres à chacun. Des voiliers bougent aussi de leur plein gré. Si un plaisancier veut contrevenir à la contrainte de confinement, c'est son choix, et il sait qu'il s'expose à des sanctions. En revanche, qu’une autorité, même communale, viennent les obliger à bouger durant le confinement interroge forcément.

Le cheminement administratif pour avoir une réponse des autorités compétentes a confirmé ce que le bon sens préconisait. Le Conseiller pour l’action de l’État en mer du commandement des zones maritimes Polynésie française et océan Pacifique ainsi que l’Administrateur des affaires maritimes et Adjoint au chef du service des affaires maritimes de Polynésie m’ont clairement répondu NON aux déplacements autour de Moorea.

Dès lors, que penser de la décision de la Commune de Moorea ?

Le maire de Moorea, dont la vision du monde a encore gagné en élégance, n’a peut-être pas compris les statuts d’un confinement ou alors il avait d’autres idées en tête. Cet homme a le mérite de la constance en tout cas.

L’interrogation ne s’arrête pas là car quand j’ai contacté la Direction Polynésienne des Affaires Maritimes, il m’a été dit qu’on ne pouvait me donner de réponse pour le moment car la Directrice avait fait une demande au Haut Commissariat pour savoir si l'État d'urgence primait sur le PGEM !

Autrement dit, la DPAM ne sait pas si le PGEM de la petite commune de Moorea est moins important qu'un État d'urgence sanitaire décrété par l'État français ?

Il me semble évident que n’importe quel citoyen est à même de se questionner sur cette logique, non ?

Chacun, selon son regard à la vie, est libre de juger cette action de la Commune de Moorea. Certains applaudissent peut-être, d’autres s’indignent, beaucoup s’en fichent.

Il est facile de s’imaginer la réaction des riverains habitant bord de mer ou en hauteur, voyant des voiliers se déplacer dans le lagon ou autour de Moorea. Eux sont confinés mais pas les plaisanciers ? Savent-ils, un seul instant, ces riverains, que beaucoup de ces plaisanciers ont été « obligés » de se déplacer ?

Il n’en faut pas plus pour que des dizaines de « procureurs de la République sur réseaux sociaux » déversent leur poésie habituelle sur les « voileux ». Mais là encore, le débat est malheureusement faussé. Et il ne faudra pas attendre un démenti officiel et publique de l’État envers le Maire de Moorea.

Le mal aura été fait. Osons croire que ce n’était pas une manœuvre délibérée de ce dernier.

« Car, au final, le risque majeur est que tout finisse par se valoir, que l’amalgame l'emporte et que la confusion terrasse les esprits. Des politiques à courte vue n’attendent que ça, brouiller nos écœurements, lisser nos résistances ; ne leur faisons pas cette offrande et soyons pour une fois discriminants.
Une indignation lucide, voilà le plus sûr des remparts. » *

un plaisancier qui en a ras le fiu

* Cédric Sapin-Defour - 10 février 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Thanks!

Instructions to sign up for Membership in English :

  1. Follow this link to become a member
  2. Next, "Adhesion 2020 (Membership 2020)"
    > Select the "Choix de l'adhésion (number of members)" you want to sign up using the drop down next to the price of 16,76 euros ($20)
  3. Next click "Etape suivante" (Next step),
  4. Next enter "Prenom (first name) and Nom (last name)",
    > Click the small box if you want to receive a confirmation membership at this address,
    > Fill in "Nom du bateau (boat name)" and "email".
  5. Next click "Etape suivante" (Next step),
    > Enter your "Nom (name)" and "email address", "Date de naissance (date of birth)", "Pays de résidence (country of residence)" and click
  6. Next  click "Etape suivante" (next step).
  7. Click the two boxes accepting terms and conditions.
  8. Click "Valider et payer (validate and pay)", select your payment method and you are done.
EnglishFrenchGermanItalianSpanish