Pourquoi adhérer à l'AVP en 2019 ?

Créer du lien au sein de l’association et nous connaître un peu mieux. Parce qu’une association c’est avant tout créer des occasions de se rencontrer, d’échanger, nous avons décidé de déclencher ces occasions afin que tous les adhérents puissent avoir un vrai rôle participatif, que chacun puisse...

Comment adhérer à l'Association ?
1 - Chez nos représentants :
TAHITI : Tahiti Yacht Accessoire à la marina Taina (Michel Baltzer)
HIVA OA : Maintenance Marquises Service (Chantier naval)
FAKARAVA : Fakarava Yacht Services (au village)
FAKARAVA : Pakokota Yacht Services (Pension Pakokota)
2 - Ou en ligne sur ce site
Un espace membre réservé
- Accès privilégié à des bons plans partagés
- Participation aux commandes groupées
- Des informations actualisées au quotidien
- Des forums pour s'exprimer et échanger
L'Association des Voiliers en Polynésie c'est avant tout un réseau de :
237 adhérents et 203 voiliers
434 abonnés Newsletter
6 antennes dans les iles
1862 abonnés sur Facebook
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Slider

Outumaoro : cachez ces indésirables voiliers…

Home Association dans les médiasOutumaoro : cachez ces indésirables voiliers…

Outumaoro : cachez ces indésirables voiliers…

No Comments

Outumaoro : cachez ces indésirables voiliers…
Tahiti Pacifique du 15/11/19 par Dominique Schmitt
Après la suppression de zones de mouillage sur l’île de Moorea, notamment au niveau de la plage Tahiamanu, c’est au tour de Tahiti de s’attaquer aux voiliers. Ainsi, la baie de Outumaoro (notre photo) cristallise toutes les tensions, puisqu’un arrêté y réglementant le mouillage devrait "reconsidérer l’occupation lagonaire”, a indiqué le ministre de l’Aménagement du Territoire, Jean-Christophe Bouissou, qui souhaite interdire les bateaux sur ancre et, surtout, dégager la zone en prévision du projet de Village tahitien… Bien qu’à notre connaissance celui-ci n’a toujours pas trouvé d’investisseurs, ce sont ainsi au moins une cinquantaine de voiliers qui doivent être relogés. Problème : "Nous sommes tous victimes de notre succès. (…) Il faut maintenant avancer et anticiper pour parvenir à une gestion raisonnée de l’occupation de nos lagons", a expliqué René Temeharo, ministre de l’Équipement et des Transports terrestres. En clair, le Pays travaille pour "offrir des alternatives adéquates, qui seront proposées par le Port autonome de Papeete pour ce qui le concerne", avec, par exemple, "la mise en place de dispositifs de mouillages dans la baie de Vaitupa", ou encore le long de la piste de l’aéroport à Faa’a.
Cependant, seuls 60 % des voiliers concernés trouveront une place, a annoncé
M. Bouissou, ce qui inquiète les plaisanciers. D’autres lieux possibles ont été avancés comme la baie de Phaëton, à Papeari, mais cette option n’est pas envisageable pour tous en raison de l’éloignement : aussi, elle s’est déjà attiré les foudres de Valentina Cross, qui craint que ces voiliers "viennent pulluler dans le lagon de Papeari, Mataiea ou Atimaono". L’élue souverainiste de la commune de Teva i Uta a même estimé que ce sont des "squatteurs de lagon" ou des "pollueurs". C’est pourtant bien mal connaître les gens de la mer, justement réputés pour être très respectueux de l’environnement ! Et puis, en passant, rappelons que le Pays fait venir des paquebots de croisière géants et ultra-polluants en plein centre-ville de Papeete…
Dans un communiqué, l’Association des voiliers en Polynésie (AVP) propose au gouvernement "une étude dans le but de mieux connaître les voiliers réellement présents sur les lieux, en faisant une liste des situations et des attentes actuelles de chacun des usagers" afin de "faciliter la relocalisation des voiliers au mieux des situations". L’AVP rappelle également que le tourisme nautique rapporte chaque année pas moins de 16,6 milliards de Fcfp à l’économie polynésienne.

(D.S.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

EnglishFrenchGermanItalianSpanish