Pourquoi adhérer à l'AVP en 2019 ?
Pourquoi adhérer à l'AVP en 2020 ?

Créer du lien au sein de l’association et nous connaître un peu mieux. Parce qu’une association c’est avant tout créer des occasions de se rencontrer, d’échanger, nous avons décidé de déclencher ces occasions afin que tous les adhérents puissent avoir un vrai rôle participatif, que chacun puisse...

Diapositive 1- Copie
Comment adhérer à l'Association ?
1 - Chez nos représentants :
TAHITI : Tahiti Yacht Accessoire à la marina Taina (Michel Baltzer)
HIVA OA : Maintenance Marquises Service (Chantier naval)
FAKARAVA : Fakarava Yacht Services (au village)
FAKARAVA : Pakokota Yacht Services (Pension Pakokota)
2 - Ou en ligne sur ce site
Diapositive 1- Copie- Copie- Copie
Diapositive 1- Copie- Copie
Un espace membre réservé
- Accès privilégié à des bons plans partagés
- Participation aux commandes groupées
- Des informations actualisées au quotidien
- Des forums pour s'exprimer et échanger
Diapositive 1- Copie- Copie- Copie- Copie- Copie
L'Association des Voiliers en Polynésie c'est avant tout un réseau de :
317 adhérents et 293 voiliers
606 abonnés Newsletter
6 antennes dans les iles
3347 abonnés sur Facebook
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow

La fin de la plaisance en Polynésie ?

Home Le p'tit colibri de l'AVPLa fin de la plaisance en Polynésie ?

La fin de la plaisance en Polynésie ?

No Comments

“Le mouillage est interdit partout en Polynésie ! sauf là où il est autorisé…”

Ce message de Cathy ROCHETEAU, directrice des Affaires Maritimes qui a fait bondir tout le monde de la plaisance !
Suite aux demandes répétées de l’AVP auprès des médias télévisés afin d’alerter sur la situation, la plupart a accepté de venir à notre rencontre afin d’essayer de comprendre la problématique.
C’est ainsi que l’AVP a pu obtenir la parole et celle-ci a été relayée à plusieurs reprises ces dernières semaines auprès de TNTV et Polynésie la 1ère.
La plaisance en Polynésie en péril
Lors de notre dernière intervention pour dénoncer l’actuel acharnement contre la plaisance et la stigmatisation qu’elle subit en ce moment de plein fouet, les journalistes de Polynésie la 1ère sont allés à la rencontre de la directrice de la DPAM, Cathy ROCHETEAU, pour essayer de comprendre d’où venait le problème.
Si vous avez manqué cette interview, elle est disponible ici : reportage “la plaisance en péril - Polynésie la 1ère”
Nous avions en effet avancé qu’il existait un manque TOTAL d’information concernant la réglementation sur le mouillage temporaire dans les lagons pour les plaisanciers, ce qui laissait l’opportunité à tous les niveaux de l’administration de produire des arrêtés pour “se protéger de l’envahisseur” — arrêtés pour la plupart totalement illégaux, sur lesquels il va falloir un jour se pencher pour définir une réglementation appropriée dans un VRAI cadre légal.
Les plaisanciers sont malheureusement les premières victimes de cette totale opacité de la réglementation.
“Considérez que le mouillage est interdit partout en Polynésie, et que vous avez le droit de ne mouiller nulle part sans autorisation préalable” - Cathy ROCHETEAU (Directrice des Affaires Maritimes polynésiennes)
Nous avions donc rencontré il y a quelques temps la directrice de la DPAM pour lui faire part de notre inquiétude face à cette opacité totale de la réglementation et les dérives engendrées par l’apparition de “shérifs” improvisés, voir de milices se sentant investies d’un pouvoir suprême, qui se sont arrogé le droit de menacer et d’agresser les usagers du lagon, en toute impunité.
A l’évocation de ces faits, nous avons reçu une réponse pour la moins surprenante : “Considérez que le mouillage est interdit partout en Polynésie, et que vous avez le droit de mouiller nulle part sans autorisation préalable”.
Encore aurait-il fallu savoir à qui demander cette autorisation vu que la délégation de la gestion du lagon est multiple : la DPAM, le Port Autonome, les Affaires Foncières, les communes, PGEM, Direction de la Pêche - Rahui - et la Direction de l’environnement, et que chacun est à même de créer un arrêté quand il le souhaite pour légiférer comme bon lui semble selon l’humeur de la population ou la pression politique des élections.
Comme il n’existe à ce jour aucun registre sur lequel un plaisancier en Polynésie peut avoir une information claire sur les parties du lagon interdites au mouillage, il est évidemment plus facile de lui interdire purement et simplement le mouillage et laisser la population ignorante de la réglementation se charger abusivement de “faire la police” elle-même.
Ce qui nous semble TRÈS GRAVE aujourd’hui, c’est qu’une autorité maritime laisse entendre à toute la population face aux médias, que le “mouillage est interdit partout en Polynésie”.
Au pire moment où la crise du Covid-19 a contraint les plaisanciers de passage à se confiner là où la concentration des voiliers était déjà la plus forte sur ordre des mêmes Affaires Maritimes (ce qui a contribué à attiser de façon exponentielle le rejet de la population), la directrice des Affaires Maritimes envoie un message clair à la population : tous ces voiliers n’ont pas le droit de mouiller en Polynésie !
C’est tout à fait scandaleux de la part d’une autorité maritime.
L'Art. 5 des Droits de l'Homme bafoué par un législateur
Ce qui est encore plus insupportable, c’est que le législateur (la directrice des Affaires Maritimes participe à la rédaction des arrêtés) ait l’aplomb de prononcer une phrase en totale contradiction avec la Constitution et les Droits de l’Homme. Ses mots remettent question la liberté d’usage du domaine public : « Le mouillage est interdit partout en Polynésie... sauf là où il est autorisé… »
L'Art 5 des Droits de l'Homme : " Tout ce qui n'est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elle n'ordonne pas."
Que l’on laisse aujourd’hui un législateur bafouer les droits fondamentaux nous paraît inconcevable.
Pourtant, il part du principe que le mouillage est interdit PARTOUT a priori, pour ensuite légiférer et autoriser certaines zones.
Ce ne serait donc plus aux autorités de vous signifier que vous n’avez pas le droit de mouiller là où vous êtes, mais bien à vous de prouver que vous en avez le droit !
Nouvel arrêté : Mouillage interdit dans toute la zone de Papeete - Faa’a - Punaauia
Le 2 juin a été voté l’arrêté 00650 définissant une interdiction de mouillage sur ancre sous peine d’amende de classe 4 entre les passes de Papeete et Taapuna à tout navire ponté supérieur à 6m de long.
Disparition définitive de zones de mouillage libre : Il n’est donc plus possible pour un plaisancier propriétaire d’un voilier de profiter du lagon devant Faa’a et Punaauia, ne serait-ce que quelques minutes ou quelques heures durant son week-end…
Il est donc également hors de question qu’un plaisancier étranger de passage en Polynésie puisse poser son ancre le temps de se reposer ou réparer une avarie.
Un voilier doit rester dans une marina, c’est donc l’alternative unique que propose le gouvernement aux plaisanciers.
Ce texte prévoit des zones autorisées dans lesquels SERONT implantées des corps-morts. L’utilisation de ces corps-morts sera soumise à autorisation préalable, payante et révocable à tout moment. Pour l’heure, les zones existent, mais pas les corps-morts…
Or, ces zones font pourtant l’objet d’une farouche opposition de la population locale, qui a pour l’occasion créé un collectif (TEARAI), manifesté, menacé et agressé verbalement des plaisanciers qui mouillaient dans ces zones. Par ailleurs, ces zones deviennent, par arrêté, interdites à tout autre embarcation et toute forme “d’activité nautique”, ce qui en ferme donc l’accès à la population locale et notamment des pêcheurs qui voient une partie de lagon qui leur est dorénavant interdite, privatisée.
Une pétition qui a reçu plus de 2000 signatures est bien la preuve que la population locale ne veut pas de ces zones et que si les voiliers s’y installent comme la loi les y obligent, ils s’exposent à une vive réaction. Un décision qui risque encore une fois d’alimenter le rejet et la stigmatisation dont les plaisanciers victimes aujourd’hui.
« Les plaisanciers sont invités à libérer les mouillages et continuer leur voyage » - Edouard FRITCH (président de le la Polynésie Française)
Il est temps aujourd’hui d’agir et d’informer tous les plaisanciers, résidents ou de passage, ainsi que tous ceux qui avaient prévus de venir naviguer dans les eaux polynésiennes. La Polynésie française se moque du développement de l’économie de la plaisance et montre un profond mépris vis-à-vis de l’ensemble des plaisanciers et des acteurs économiques qui y sont attachés.
Après la phrase assassine du président de la Polynésie : « Les plaisanciers sont invités à libérer les mouillages et continuer leur voyage », celle de la directrice des Affaires Maritimes est-elle un moyen de se débarrasser d’un secteur économique et touristique gênant ? Le gouvernement pourrait-il, au contraire, s’engager dans une politique cohérente et concertée afin de recueillir durablement les fruits d’une niche touristique rentable, pérenne et respectueuse aussi bien de l’environnement que des habitants de ce pays.
Au vu de la multiplication de ces privations de libertés fondamentales qui se multiplient sans concertation et sans aucune réflexion, peut-être est-il venu le temps pour l’Association des Voiliers en Polynésie de se lancer également dans un combat juridique ?
Vous avez des commentaires ? Une réflexion ? Nous sommes à l'écoute, vous pouvez poster ici votre commentaire : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSeJbQv8Z3kJHr7gq39KP8ya-cYyJVofuwp1MXYBmyexlbEa3A/viewform
Bien cordialement,
L'Association des Voiliers en Polynésie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Thanks!

Instructions to sign up for Membership in English :

  1. Follow this link to become a member
  2. Next, "Adhesion 2020 (Membership 2020)"
    > Select the "Choix de l'adhésion (number of members)" you want to sign up using the drop down next to the price of 16,76 euros ($20)
  3. Next click "Etape suivante" (Next step),
  4. Next enter "Prenom (first name) and Nom (last name)",
    > Click the small box if you want to receive a confirmation membership at this address,
    > Fill in "Nom du bateau (boat name)" and "email".
  5. Next click "Etape suivante" (Next step),
    > Enter your "Nom (name)" and "email address", "Date de naissance (date of birth)", "Pays de résidence (country of residence)" and click
  6. Next  click "Etape suivante" (next step).
  7. Click the two boxes accepting terms and conditions.
  8. Click "Valider et payer (validate and pay)", select your payment method and you are done.
EnglishFrenchGermanItalianSpanish