Pourquoi adhérer à l'AVP en 2022 ?
Pourquoi adhérer à l'AVP en 2022 ?

Créer du lien au sein de l’association et nous connaître un peu mieux. Parce qu’une association c’est avant tout créer des occasions de se rencontrer, d’échanger, nous avons décidé de déclencher ces occasions afin que tous les adhérents puissent avoir un vrai rôle participatif, que chacun puisse...

Diapositive 1- Copie
Comment adhérer à l'Association ?
1 - Chez nos représentants :
TAHITI : Tahiti Yacht Accessoire à la marina Taina (Michel Baltzer)
HIVA OA : Maintenance Marquises Service (Chantier naval)
FAKARAVA : Fakarava Yacht Services (au village)
FAKARAVA : Pakokota Yacht Services (Pension Pakokota)
2 - Ou en ligne sur ce site
Diapositive 1- Copie- Copie- Copie
Diapositive 1- Copie- Copie
Un espace membre réservé
- Accès privilégié à des bons plans partagés
- Participation aux commandes groupées
- Des informations actualisées au quotidien
- Des forums pour s'exprimer et échanger
Diapositive 1- Copie- Copie- Copie- Copie- Copie
L'Association des Voiliers en Polynésie c'est avant tout un réseau de :
317 adhérents et 293 voiliers
606 abonnés Newsletter
6 antennes dans les iles
3347 abonnés sur Facebook
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow

Home Posts Categorized as “Actualités” (Page 2)

Actualités

Rules for Traffic in the district of the Papeete Port Autonome

No Comments

Recommendations of the Port Authority for runway crossings at Faaa airport in the PAPEETE Autonomous Port district (applicable to all vessels with an air draught greater than 6 meters)

 

The rules listed below must be scrupulously respected in order to allow maritime traffic to be in line with air traffic.
The Port Watch will be the link with the Faaa airport control tower for runway crossings ("22" for the EAST side, and "04" for the WEST side)

The Port Autonome de Papeete's watchtower can be reached 24 hours a day by :
- VHF 12 or on SSB 2638 KHz
- By telephone (+689) 40.47.48.50 - Emergency line (+689) 40.42.12.12.

> By VHF or SSB, it must be contacted in this form: "VIGIE VIGIE of " Name of your Vessel" (3 times).
Or for English speakers: "PAPEETE PORT CONTROL" (3 times) from "Name of your vessel" (3 times)".

IMPORTANT: All boaters must make sure before any movement in the lagoon of Papeete to have a working VHF on board, or a GSM phone to be able to contact the Port Control.
The Port Authority is the only one authorized to give you the authorization to enter the harbor, as well as the authorization to cross the PAPEETE airport runway.
The VHF 12 watch is mandatory during the whole period of its movement in the Port district.

 

Procedure for entering/leaving the port of PAPEETE :

The Vigil must be called at least 10 minutes BEFORE entering PAPEETE harbor (Papeete channel is open 24 hours a day)
- You must identify yourself and announce your intentions of movement in the port (your final destination).
- It is necessary to inform the Port Watch before any departure from the marina of Papeete on its intentions of movements.

 

Procedure for crossing the 2 runway axes:

There are 2 restricted areas on each side of the runway axis at Faaa International Airport. These zones are marked on most marine charts: NAVIONICS, SHOM, CM93,..., which allows you to visualize your position in relation to the entrance of these zones.

The crossing of the runway axes is only authorized during the day (from sunrise to sunset).
The authorization can be refused even if the light seems sufficient for the crossing of your first runway axis, because the lookout can estimate that the light will not be sufficient for the crossing of the second runway axis.

Also be careful to respect the delimitation of these 2 passage areas by positioning yourself on the waiting areas for contact with the harbour watch (marked in yellow on the maps below), and never cross the areas marked in red without express authorization from the watchtower.)

1 - Position yourself and identify yourself on channel 12 with the harbour watch.
2 - Ask for authorization to pass through the zone, specifying your destination (direction of navigation),
3 - The harbour watch then contacts the control tower to obtain authorization to cross the runway axis
4 - Once the authorization is given by the watchtower, you have 5 minutes to cross the runway.
5 - Stay on watch on VHF 12 until the end of the procedure.

WEST ZONE CROSSING - 04 - (Taina marina side)

EAST ZONE CRASHING - 22 - (Papeete side)

These sailboats which cut the axis of the airport without authorization

No Comments

Following the publication of a post on a social network page (in fr) and its resumption in an article of radio1.pf (in fr) concerning the passage of sailboats in the axis of the airport runway without authorization.

Just in the title of the article, we already feel the stigma. "These sailboats which cut the axis of the airport without authorization" ... WITHOUT AUTHORIZATION.

Yes, there are surely sailboats that do it without authorization. It is a fact. But from there to make a generalization, there is only one step ... once again quickly crossed. The title leaves little doubt: ALL sailboats would do it without asking anyone.

And what about common sense?
Obviously still a long way from the necessary reflection.

Precisely, the A.V.P. was about to publish a reflection on the stigmatization of a community. The opportunity making the thief, the article was put on line of the blow (in eng). This example of the article of Radio1.pf and especially of the page of a social network from which it comes for a great majority illustrates wonderfully the reflection that we propose around the stigmatization of a community, in the broad sense.

Indeed, in no case the A.V.P. seeks to endorse or excuse this kind of behavior: passing the airport axis without having asked for permission. Obviously, there are some who do it ... but there again, is it necessary to generalize? Unless you want to discredit a community.

Moreover, in the comments following the post, someone rightly remarks that the picture was taken from a drone or helicopter ... right in the axis of the runway! Answer: Oh yes, but he has an authorization of course !
If we do not border on bad faith then it must be.

Doesn't anyone do certain rides on trail track without the authorizations?
Everybody is allowed to drive more than 90km/h on the RDO?
Nobody fishes at night in the PGEM areas of Moorea?

Yes, some citizens do not respect the rules. Should we stigmatize the whole community they come from?
Please make a distinction.
It's easy to always talk about planes, trains or buses arriving late... for how many arrive on time?

 

In this specific example of the crossing of the airport axis, the A.V.P. had set up a procedure (September 2019) (in eng), which would be the only one proposed at the moment. It would have been validated by the Port's watchtower ... orally.
The A.V.P. puts things in place and spreads them. Like everyone else, the A.V.P. does not stand behind each sailboat to verify the proper implementation of the established rules. It's up to everyone to respect the rules ... and to use common sense.

Stigmatization of a community. What’s the point ?

No Comments

 

The situation of the yachting in Polynesia is not necessarily good. Nothing new on that.

Far from focusing on its own navel and whining about its fate, the A.V.P. is reflecting on a subject unfortunately too present in our society. This subject is not specific to yachting, nor specific to French Polynesia; however, the stigmatization of a community seems to be quite prevalent here.

"Stigmatization is a process that, in the long run, marks the individual or group with opprobrium: the stigmatized are those who suffer social reprobation because they would have contravened a law or a social norm; they are seen as deviant." [1]

The words are there ... clear, strong, explicit. The words "suffer", "social reprobation", "contravened a law or a social norm", "deviant".

Stigmatization would be like a negative label that one sticks on a person or a community. It includes discrimination, prejudice, judgment and stereotypes, which allow people to be isolated on the basis of mere presumptions.

The industry in French Polynesia is a blatant example of this. You only have to see what can be said on social networks in particular, but also in a general way in people's comments.

Indeed, even without being especially "anti-sailors" or against boating, many people make generic assumptions about boaters, following what they would have heard or read, peddled by some unscrupulous media and the 15% of the population that are truly anti-boating[2]. They are "polluters", "profiteers", who "don't spend their money", who "illegally occupy the public domain", who "leave their sailboat to rot in the lagoons", ...

In fact, quite simply, people don't know! This way of life is not known, or even recognized as meeting the expectations of a "normally" constituted society. Therefore, boaters can only be "deviant". A similarity with the "Gitans" in metropolitan France is obviously conceivable.

How easy it is to stand behind your vini or computer screen and label people without knowing anything, or little, about their way of life. Hidden behind these screens, it is easy to feel strong and within one's rights to spit on any community. And above all, there is no need to think about why or how; it is enough to follow the hate movement influenced by a few self-proclaimed leaders of the good word and the certified opinion.

This is not unique to yachting. Just look at the flood of filth poured out there too on the adoption of fa'amu children in 2021. Two couples have indeed tried to abuse the situation; they should have been sanctioned and were. Two couples for how many serious, caring, respectful families whose adoptions in the fa'amu concept are going very well ?

 

 

Let's stop these sweeping generalizations!

So yes, there are clearly boaters who do not do good publicity for their community, for sailboats in Polynesia in general. Yes, there are "black sheep" in the yachting world. The A.V.P. regrets it and does not support them, of course.

But should we always generalize when a sailboat leaves a marina without paying? Should we still generalize when a yachtsman throws his organic waste overboard? Should we still generalize when a yachtsman disrespects local residents? Still generalize when a sailboat anchors in an unauthorized area ? Still generalizing when we see a sailboat wrecked?

From there to "stigmatize" the whole community of boaters for cases, certainly existing and that must be reprimanded, but isolated? Yes, there are shameful behaviors, but they only concern a minority of boaters.

"There are black sheep in the police, colleagues who must be punished. But we can't lump 150,000 civil servants together" [3].

We are fed up with all these stigmatizations in a hurry, taking only the example of a few black sheep, of a few undesirable people in a group because of their behavior, to describe and label an entire community, an administration, a company, ...

We must stop with the generalization and see further than the end of our nose.

Before throwing out this kind of assertions that are not necessarily verified, we must also take stock of what we think ourselves. Because around us, there are inevitably "black sheep" who harm our profession, our sport activity, our community whatever it is ... Are we going to define a profession, an administration, a community according to the four assholes we have met?

Here is an illustration to show what should happen to those who use and abuse stigmatization.

Following the verdict in the Zemmour case (February 18, 2011), the polemicist at the time was convicted of provocation to racial hatred and found himself paying a fine following eminently offensive remarks about blacks and Arabs. Chems-Eddine Hafiz, a lawyer and vice-president of the French Council of the Muslim Faith at the time, now rector of the Grand Mosque of Paris, reacted :

"The Paris court recalled an essential principle of law : the stigmatization of a community cannot be considered as an opinion, but as a crime and an attack on republican principles." [4]

 

 

And therein lies the problem.

Today, to form an opinion is to wait for the murmur, the rumor, to see how it evolves and to go in its direction. With social networks, you have to decide in a second what you think about everything ... and especially about nothing. The easiest way is to follow rather than to think. We do not express our preference but the idea we have of the preference of others. The group effect is, once again, rarely of the best brilliance, but so essential to have the impression of having an opinion and to melt into the mass, in two word : to exist.

The yachting in French Polynesia is currently stigmatized, certainly, as others are. It has a duty to set an example, to detach itself from its "black sheep" who do not respect their community and others, to make efforts to show its good faith, to explain itself to those who do not hold it in their hearts... but please, it is also up to each one of us to help it, to try to understand it, to accept that its "black sheep" do not represent the whole community...

By the way, speaking of hearts, some would do well to turn their hatred seven times inside before opening it [5], ... their mouths and/or their hearts.

 

 

 

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Stigmatisation

[2] Study of the awareness of the Polynesian population to boating and boaters (https://voiliers.asso.pf/2021/10/13/plaisanciers-les-mal-aimes-du-tourisme/)

[3] Nicolas Chapuis and Juliette Bénézit, Les policiers " en colère " après que l'exécutif a durci le ton contre le racisme et les violences, Le Monde. Online June 10, 2020 - https://fr.wiktionary.org/wiki/brebis_galeuse

[4] https://www.saphirnews.com/Affaire-Zemmour-La-stigmatisation-d-une-communaute-ne-saurait-etre-une-opinion-c-est-un-delit_a12251.html

[5] Cédric Sapin-Defour

Ces voiliers qui coupent l’axe de l’aéroport sans autorisation !

No Comments

Suite à la publication d'un post sur une page de réseau social et sa reprise dans un article de radio1.pf concernant le passage de voiliers dans l'axe de la piste d'aéroport sans autorisation.

Rien que dans le titre de l'article, on sent déjà la stigmatisation. "Ces voiliers qui coupent l'axe de l'aéroport sans autorisation" ... SANS AUTORISATION.

Oui, il y a sûrement des voiliers qui le font sans autorisation. C'est un fait. Mais de là à en faire une généralité, il n'y a qu'un pas ... encore une fois bien vite franchi. Le titre ne laisse planer que peu de doute : TOUS les voiliers le feraient sans rien demander à personne.

Et le bon sens dans tout ça ?
Visiblement encore bien loin de la réflexion nécessaire à avoir.

Justement, l'A.V.P. allait publier une réflexion sur la stigmatisation d'une communauté. L'occasion faisant le larron, l'article a été mis en ligne du coup. Cet exemple de l'article de Radio1.pf et surtout de la page d'un réseau social dont il est issu pour une très grande majorité  illustre à merveille la réflexion que nous proposons autour de la stigmatisation d'une communauté, au sens large.

En effet, en aucun cas l'A.V.P. cherche à cautionner ou excuser ce genre de comportement : passer l'axe de l'aéroport sans avoir demander l'autorisation. Évidemment, il y en a qui le font ... mais là encore, est-il besoin de généraliser ? Sauf à vouloir jeter un discrédit sur une communauté.

La plupart du temps, les voiliers qui ne respectent pas le franchissement de l'axe de piste sont des plaisanciers internationaux qui ne sont pas au fait de la réglementation locale, et qui dans ce cas précis enfreignent les règles par méconnaissance.
Aucun parmis eux ne mettraient en danger des personnes sciemment ! L'AVP s'est associé avec la Vigie du Port afin de clarifier les procédures et les communiquer au plus grand nombre. Il reste cependant compliqué de diffuser de l'information à des navigateurs qui sont la plupart du temps isolés, avec des moyens de communication très limités.

Oui, quelques citoyens ont enfreint des règles. Faut-il pour autant stigmatiser toute la communauté dont ils sont issus ?
Faisons la part des choses, s'il vous plaît.
Facile de toujours parler des avions, trains ou bus qui arrivent en retard ... pour combien qui arrivent à l'heure ?

Dans cet exemple précis du franchissement de l'axe de l'aéroport, l'A.V.P. avait mis en place une procédure (septembre 2019), qui serait à l'heure actuelle la seule proposée. Elle a été validée en concertation avec la vigie du Port.
L'A.V.P. met des choses en place et les diffuse autant qui lui ait permis et possible. Comme tout à chacun, elle n'est pas derrière chaque voilier pour vérifier le bon déroulement des règles établies. À chacun de faire preuve de respect des règles ... et de bon sens.

Stigmatisation d’une communauté. Quel intérêt ?

1 Comment

La situation de la plaisance en Polynésie n’est pas forcément au beau fixe. Rien de nouveau là-dessus.

Loin de se centraliser sur son nombril et de pleurnicher sur son sort, l’A.V.P. pose une réflexion sur un sujet malheureusement trop présent dans notre société. Ce sujet n’est pas spécifique à la plaisance, ni spécifique à la Polynésie française ; toutefois, la stigmatisation d’une communauté semble être assez prégnant ici.

« La stigmatisation est un processus qui, à terme, marque l'individu ou le groupe d'un opprobre : les stigmatisés sont ceux et celles qui subissent une réprobation sociale parce qu'ils auraient contrevenu à une loi ou une norme sociale ; ils sont vus comme étant déviants. » [1]

Les mots sont là … posés, forts, explicites. « subissent », « réprobation sociale », « contrevenu à une loi ou une norme sociale », « déviants ».

La stigmatisation serait comme une étiquette négative que l’on colle à une personne ou une communauté. Elle inclut la discrimination, les préjugés, le jugement et les stéréotypes, qui permettent d’isoler des personnes sur de simples présomptions.

La plaisance en Polynésie française en est un flagrant exemple. Il n’y a qu’à voir ce qui peut être lâché sur les réseaux sociaux notamment, mais aussi de manière générale dans les propos des gens.

 

En effet, même sans être spécialement « anti-voileux » ou contre la plaisance, beaucoup de personnes posent des postulats génériques sur les plaisanciers, suite à ce qu’ils auraient entendu ou lu, colporté par quelques médias peu scrupuleux et les quelques 15 % de la population véritablement anti-plaisance[2]. Ce sont des « pollueurs », des « profiteurs », qui « ne dépensent pas leur argent », qui « occupent illégalement le domaine publique », qui « laissent pourrir leur voilier en épave dans les lagons », …

En fait, tout simplement, les gens ne savent pas ! Ce mode de vie n’est pas connu, voire même il ne serait pas reconnu comme répondant aux attentes d’une société « normalement » constituée. Par conséquent, les plaisanciers ne peuvent qu’être « déviants ». Une similitude avec les Roms de métropole est évidemment envisageable.

 

Quelle facilité de rester derrière son écran de vini ou d’ordinateur et de cataloguer les gens sans rien, ou peu, connaître de leur mode de vie. Caché derrière ces écrans, il est facile de se sentir fort et dans son droit de cracher sur une communauté quelle qu’elle soit. Et surtout, il n’y a pas besoin de réfléchir au pourquoi ou au comment ; il suffit de suivre le mouvement de haine influencé par quelques leaders auto-proclamés de la bonne parole et de l’avis certifié conforme.
Ce n’est pas propre à la plaisance. Il n’y a qu’à voir le flot d’immondices déversé là aussi sur l’adoption d’enfants fa’amu en 2021. Deux couples ont effectivement tenté d’abuser de la situation ; ils devaient être sanctionnées et l’ont été. Deux couples pour combien de familles, sérieuses, attentionnées, respectueuses dont les adoptions dans le concept du fa’amu se passent très bien ?


Arrêtons ces généralisations à l’emporte-pièce !
Alors oui, il y a très clairement des plaisanciers qui ne font pas de la bonne publicité pour leur communauté, pour les voiliers en Polynésie de manière générale. Oui, il y a des « brebis galeuses » dans le monde de la plaisance. L’A.V.P. le regrette et ne les cautionne pas, bien évidemment.
Mais faut-il toujours généraliser lorsqu’un voilier quitte une marina sans payer ? Encore généraliser lorsqu’un plaisancier jette ses déchets organiques par-dessus bord ? Encore généraliser quand un plaisancier manque de respect à des riverains ? Encore généraliser quand un voilier mouille dans un endroit non autorisé ? Encore généraliser quand on voit un voilier-épave ?
De là à
« marquer d’un opprobre » toute la communauté des plaisanciers pour des cas, certes existants et qu’il faut réprimander, mais isolés ? Oui, il y a des comportements honteux mais ils ne concernent qu’une minorité de plaisanciers.
« 
Il y a des brebis galeuses dans la police, des collègues qui doivent être sanctionnés. Mais on ne peut pas mettre dans le même sac 150 000 fonctionnaires » [3]

 

Il y en a marre de toutes ces stigmatisations à la va-vite en ne prenant que l’exemple de quelques brebis galeuses, de quelques personnes indésirables dans un groupe par leurs comportements, pour décrire et cataloguer une communauté entière, une administration, une entreprise, …
Il faut arrêter avec la généralisation et voir plus loin que le bout de son nez.

Avant de balancer ce genre d’affirmations pas forcément vérifiées, il faut aussi faire le point sur ce que l’on pense soi-même. Car autour de soi, il y a forcément des « brebis galeuses » qui font du tort à notre métier, à notre activité sportive, à notre communauté quelle qu’elle soit … Est-ce que l’on va définir un métier, une administration, une communauté en fonction des quatre connards que l’on aurait rencontrés ?

Voici une illustration pour montrer ce qui devrait arriver à ceux qui usent et abusent de la stigmatisation.

Suite au verdict de L’affaire Zemmour (18 février 2011), le polémiste de l’époque avait été condamné pour provocation à la haine raciale et s’était retrouvé à payer une amende suite à des propos éminemment choquants sur les Noirs et les Arabes. Chems-Eddine Hafiz, avocat et vice-président du Conseil français du culte musulman à l’époque, maintenant recteur de la Grande mosquée de Paris, avait réagi :

« Le tribunal de Paris a rappelé un principe de droit essentiel : la stigmatisation d'une communauté ne saurait être considérée comme une opinion, mais comme un délit et une atteinte aux principes républicains. » [4]

 

Et voilà tout le problème.
Aujourd’hui, se faire une opinion, c’est attendre le murmure, le on-dit-que, voir comment il évolue et aller dans son sens. Avec maintenant les réseaux sociaux, il faut dans la seconde décider ce qu’on pense de tout … et surtout de rien. Le plus facile est donc de suivre plutôt que de penser. On n’exprime pas sa préférence mais l’idée qu’on se fait de la préférence des autres. L’effet de groupe est, là encore, rarement du meilleur éclat, mais tellement essentiel pour avoir l’impression d’avoir un avis et de se fondre dans la masse, en un mot : exister.

 

La plaisance en Polynésie française est stigmatisée actuellement, certes, comme d’autres d’ailleurs. Elle se doit de montrer l’exemple, de se détacher de ses « brebis galeuses » qui ne respectent pas leur communauté et les autres, de faire les efforts pour montrer sa bonne foi, de s’expliquer avec ceux qui ne la portent pas dans leur cœur … mais s’il vous plaît, c’est aussi à chacun de l’aider, de tenter de la comprendre, d’accepter que ses « brebis galeuses » ne représentent pas toute la communauté, ...

D’ailleurs, en parlant de cœur, certains feraient bien de tourner sept fois leur haine dedans avant de l’ouvrir [5], … leur gueule et/ou leur cœur.

 

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Stigmatisation

[2] Étude de la sensibilisation de la population polynésienne à la plaisance et aux plaisanciers (https://voiliers.asso.pf/2021/10/13/plaisanciers-les-mal-aimes-du-tourisme/)

[3] Nicolas Chapuis et Juliette Bénézit, Les policiers « en colère » après que l’exécutif a durci le ton contre le racisme et les violences, Le Monde. Mis en ligne le 10 juin 2020 - https://fr.wiktionary.org/wiki/brebis_galeuse

[4] https://www.saphirnews.com/Affaire-Zemmour-La-stigmatisation-d-une-communaute-ne-saurait-etre-une-opinion-c-est-un-delit_a12251.html

[5] Cédric Sapin-Defour

MAJ – Groupe de soutien suite à des agressions d’équipières par des capitaines !

No Comments

MISE À JOUR du 17 mars 2022
L'article ci-dessous a été publié le 4 mars et moins de deux semaines après le sujet est abordé au journal télévisé local (en date du 16/03/22). On ne peut que s'en féliciter. Attention tout de même à ce que les gens fassent la part des choses et ne généralisent pas ce genre de comportement à la plaisance.


 

Un bien malheureux sujet qui a été porté à notre connaissance dernièrement.
L'A.V.P. souhaite s'engager auprès du Groupe de soutien et de prévention suite à des agressions sexuelles de capitaines sur des équipières en "bateau-stop".

Suite à plusieurs agressions, dont certaines survenues en PF, plusieurs filles/femmes ont commencé d'évoquer ce problème grave sur les groupes facebook/avec les sites où elles avaient été mises en lien avec les capitaines en question, afin d'alerter d'autres équipières en recherche de l'existence du phénomène.

En raison d'une réaction très violente sur l'un des groupes facebook en question (les posts en questions ont été vilipendés, les femmes virtuellement lynchées et les posts supprimés par les modérateurs), il n'y a pas eu d'autre choix que la création d'un groupe spécialement dédié à ce sujet.

Depuis, près d'une vingtaine de témoignages de différente gravité (cela va de l'agression sexuelle caractérisée avec menace de meurtre à du harcèlement quotidien en pleine traversée, en passant par des débarquements sur des îles isolées pour des filles ayant "résistées") ont été recueillis, et un soutien accru est offert aux victimes.

Certaines ont porté plainte, d'autres ne sont pas prêtes. Il faut savoir que la honte et le traumatisme sont si grands, que la plupart du temps les victimes n'en parlent pas et souhaitent oublier. Les statistiques officielles montrent que seules 10% des victimes portent plainte. Cela donne une idée. Depuis le groupe grandit, car des outils et astuces de prévention sont proposés, afin que les filles/femmes soient mieux préparées face à ces réalités.

Ce Groupe de Soutien souhaite aussi attirer notre attention sur le fait qu'il dispose de plusieurs témoignages d'agressions et harcèlement (dans les deux cas) sur deux capitaines basés en PF.

Pour information, voici un article regroupant des témoignages qui font clairement froid dans le dos :
Appâter et attraper : Pour des dizaines de jeunes femmes recrutées en ligne, des rêves d’aventures en mer se sont transformés en cauchemars.

Support and Prevention Group following sexual assaults by captains

No Comments

A very unfortunate subject that has been brought to our attention recently.
The A.V.P. would like to get involved with the Support and Prevention Group following sexual assaults by captains on female crewmembers in "boat hops".

Following several assaults, some of which occurred in FP, several girls/women started to talk about this serious problem on the facebook groups/websites where they had been linked to the captains in question, in order to alert other female crew members in search of the existence of the phenomenon.

 

Due to a very violent reaction on one of the facebook groups in question (the posts in question were vilified, the women virtually lynched and the posts deleted by the moderators), there was no choice but to create a group specifically dedicated to this subject.

 

Since then, about twenty testimonies of different severity (ranging from sexual assault with threats of murder to daily harassment in the middle of a crossing, including landings on isolated islands for girls who "resisted") have been collected, and increased support is offered to victims.

 

Some have filed complaints, others are not ready. It is important to know that the shame and trauma are so great that most of the time the victims do not talk about it and wish to forget. Official statistics show that only 10% of victims file a complaint. This gives an idea. Since then, the group is growing, as prevention tools and tips are proposed, so that girls/women are better prepared to face these realities.

 

This Support Group also wishes to draw our attention to the fact that it has several testimonies of aggression and harassment (in both cases) on two captains based in PF.

For your information, here is an article with testimonies that are clearly chilling :

Bait and Catch: For Dozens of Young Women Recruited Online, Dreams of Sailing Adventures Turned to Nightmares at Sea.

 

CR Réunion du Bureau – 22/01/2022

No Comments

Compte rendu

Réunion du Bureau de l’Association des Voiliers de Polynésie

du 22 janvier 2022

Lieu : au domicile d’Éric

Début : 14h

Présents : Arnaud JORDAN, Éric PINEL-PESCHARDIÈRE, Michel KARAKANIAN et Yann MOUËLLO

 

* Point sur les différents représentants de l’association

- Raiatea : Olivier souhaite de nouveau s'investir pour représenter RAIATEA. Important d’avoir un représentant car cela commence à bouger sur Raiatea ! Une réunion est prévue à Raiatea avec Olivier et Adrien.

- La pension Pakokota a été vendue et n’est plus, pour le moment, membre de nos représentants

=> Importance d’avoir un représentant sur Fakarava car lieu de passage très important des voiliers.

 

* Un point « caisse » a été effectué

 

* Date pour les prochaines Puces Nautiques : dimanche 20 mars

 

* Prochaine Assemblée Générale : jeudi 24 mars 2022

mairie de Punaauia ou celle de Papeete ?

- proposer un renouvellement du Bureau ?

- préparer un point sur la comptabilité

- préparer un budget prévisionnel : faire le point sur la situation avec Me MILLET, annoncer la décision prise pour l’arrêté des mouillages de Huahine (cf ci-dessous), proposer un projet communication afin d’illustrer le fait que la plaisance fait vivre des locaux = Combien d’emploi créée la plaisance ? En donnant le projet à un ou des professionnels

 

* L’arrêté 2997CM du 22/12/2021 concernant la réglementation des mouillages sur Huahine

La décision pour tenter un recours doit se prendre avant le 22/02/2022, donc avant l’AG, par conséquent c’est au Bureau de prendre la décision

=> chacun des membres fait une lecture de l’arrêté, Arnaud fait une carte avec les quotas de mouillage pour chaque zone et on fait un bilan ensemble pour prendre une décision … au 5 février 2022, pour avoir le temps d’en référer à Me MILLET.

 

Fin de séance 17h00

MOUËLLO Yann, secrétaire

Marina à la pointe Tehoro (Teva i Uta)

1 Comment

Teva i Uta : inauguration d’une marina api à la pointe Tehoro

Article Radio1.pf - Marau Biret - 18/01/2022

Le nouveau visage de la marina de Tehoro a été dévoilé ce matin. Les aménagements, qui faciliteront la vie des nombreux usagers du quai, représentent un investissement de 280 millions de francs du Pays, de l’État et de la commune. Ce projet date du premier mandat de Tearii Alpha en 2014, lorsque la commune a repris en main la gestion de la marina. 

La nouvelle marina de Tehoro a été inaugurée par le président du Pays ainsi que six de ses ministres ce mardi matin. Cet ensemble d’aménagements était programmé de longue date par le conseil municipal dès 2014 et c’est l’État qui a assuré la majeure partie du financement avec un apport de 210 millions de francs, complété par le Pays pour 90 millions de francs. Le ministère des Grands travaux était chargé du chantier, commencé en août 2020.

Deux espaces : un pour les professionnels et un pour les familles

De nouveaux pontons flottants sont disponibles, choisis par le ministère des grands travaux en charge du chantier. L’un d’eux est destiné aux usagers privés et prestataires d’activités nautiques. La marina est le théâtre de courses de pirogues très populaires au mois de juillet mais aussi de pique-niques familiaux fréquents. Des sanitaires flambant neuves et une laverie automatique, à côté du point de ravitaillement en carburant permettent désormais une escale confortable aux voiliers et autres navires privés.

Plus imposants, deux autres pontons sont destinés aux pêcheurs professionnels. Ils disposent d’une carte magnétique pour y accéder. Comme l’explique le tavana de Teva i Uta, Tearii Alpha, ils sont originaires pour 50% de la commune voisine de Papara, car eux, n’ont pas encore de marina dédiée. Un partenariat « pratique », puisque les pêcheurs empruntent des passes à la limite des deux communes pour sortir en mer. Toutes ces idées émanent aussi de la coopérative des pêcheurs, consultée pour connaître les besoins réels des usagers. En plus des pontons et des sanitaires, un canal d’avivement a été créé pour faire circuler l’eau dans la marina qui est protégée par la pointe Tehoro.

L’ensemble aura coûté 280 millions de francs et doit permettre un développement de la pêche et des activités nautiques. Les jeux olympiques de surf laissent également présager la présence de nombreux bateaux dans les eaux de la presqu’île en 2024.

 

 

 

 

 

AVP : personnalité à suivre en 2022 !

No Comments

 

L'A.V.P. est mise à l'honneur sur le site du Figaronautisme dans un article annonçant les 10 personnalités à suivre en 2022 !
Comme quoi, le travail effectué par l'Association, grâce à l'aide de ses adhérents, trouve un écho et une reconnaissance bien loin de la Polynésie française. C'est de très bonne augure et nous encourage à continuer nos actions.

 

Texte issu de l'article :

"Enfin notre dernière personnalité est une association. Créée en 1981, l’Association des Voiliers en Polynésie - AVP a connu une croissance exponentielle d’adhésions ces dernières années, passant de 45 membres en 2017, à plus de 300 actuellement. Si la convivialité, l’échange d’informations et l’entraide sont à l’origine et toujours au cœur de ses activités, les plaisanciers du Fenua ont le blues et s’organisent pour tenir. En effet, avec les dernières restrictions draconiennes de mouillage (pas plus de 10 voiliers à Moorea, pas plus de 72 heures à Huahine…), la réduction de la durée d’importation temporaire avant taxation dite de « Papeetisation », tensions sur certains mouillages avec les riverains, les lagons ont des bleus à l’âme, et les voiliers présents de plus en plus l’impression de servir de bouc-émissaires. La préservation de cet espace naturel merveilleux est bien sûr indispensable, mais l’éloignement de la Polynésie la préserve d’un tourisme nautique de masse, alors un peu de pondération dans les décisions est attendue en 2022. Puisse cette destination de rêve qui nourrit depuis des générations notre envie de naviguer, continue d’exister."

EnglishFrenchGermanItalianSpanish