Pourquoi adhérer à l'AVP en 2019 ?

Créer du lien au sein de l’association et nous connaître un peu mieux. Parce qu’une association c’est avant tout créer des occasions de se rencontrer, d’échanger, nous avons décidé de déclencher ces occasions afin que tous les adhérents puissent avoir un vrai rôle participatif, que chacun puisse...

Comment adhérer à l'Association ?
1 - Chez nos représentants :
TAHITI : Tahiti Yacht Accessoire à la marina Taina (Michel Baltzer)
HIVA OA : Maintenance Marquises Service (Chantier naval)
FAKARAVA : Fakarava Yacht Services (au village)
FAKARAVA : Pakokota Yacht Services (Pension Pakokota)
2 - Ou en ligne sur ce site
Un espace membre réservé
- Accès privilégié à des bons plans partagés
- Participation aux commandes groupées
- Des informations actualisées au quotidien
- Des forums pour s'exprimer et échanger
L'Association des Voiliers en Polynésie c'est avant tout un réseau de :
199 membres actifs et 171 voiliers
372 abonnés Newsletter
5 représentants dans les iles
846 abonnés sur Facebook
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Slider
image_pdfimage_print

Home Posts Categorized as “Non classé”

Status of the sailing community in French Polynesia

No Comments

The AVP is concerned about a recent evolution towards restricting the conditions of stay of sailboats in French Polynesia.

For the last few months, one has witnessed a whole series of constraints, prohibitions, even violent actions towards the sailing community:

In Bora Bora, total prohibition to anchor, even on sandy grounds (sole available areas in green on the chart below). Obligation to take a mooring for 3000 xpf/night, without any guarantee the mooring is safe, as proven in the case of catamaran “Archer” which broke its lines, suffered considerable damage as did the pontoon of the Pearl Beach Hotel it ended up against. The boat’s insurance had to cover these damages, but the moorings concession holder (“BBMS”) refuses to answer the boat’s insurance queries, and notably confirm whether he is insured or not. (as of 11/11/2019).

 

In Raiatea, several yachts were insulted, menaced, and in at least one instance attacked in the Miri Miri area. One of the catamarans (“Tao”) had its anchor line cut – while the owner of the yacht was filming the deeds. A police report was filed, but was not followed up by the Attorney General (as of 11/11/2019). The DPAM (Maritime Affairs Department has informed the AVP, without showing any legal documents to that effect, that in fact anchoring was illegal throughout Polynesia and that regulations were being drafted to confirm these prohibitions wherever required.

  In Moorea, a “PGEM” will shortly be put in place (General plan for the maritime area):

-> Prohibition to anchor outside area defined by the PGEM.
-> Prohibition to exceed the quotas allocated to each area.
->    83 boats maximum allowed over the entire Moorea lagoon.
-> 50% of these allowed anchorages will be well inside the bays (Cook and Oponohu) in 25 to 35m of water.

-> Most allowed areas are on the Northern side of the island, where the sandy areas are the smallest and where hence the risk of damaging flora and fauna are the highest and where the concentration of housing and touristic activities are highest.
-> 48 hours maximum allowed in any one location.
-> Only 13 boats will be allowed on the Eastern side of the island, the only one likely to be accessible reasonably by sailboats coming from Tahiti for the limited 48h allowed. Moorea has over 50 resident sailboats on this side of the island, and Tahiti over 250 resident sailboats.
-> These areas will be used by the sailboats from marina Vaiare in Moorea for their week-end outings.
-> These quotas will be reviewed annually unilaterally by the commission.

  In Tahiti, the Taina area is due to be “evacuated”. Some 63 boats were there on November 4th, more than 80 in high season. Some are wrecks, but most are in perfect state, and are either transient boats, awaiting spare parts or on provisioning runs or boats parked there more permanently. This technical stop is absolutely indispensable for all boats in transit after a long passage. Taina is home to a marina (full), a fixed mooring field (full) and an area of tolerated anchorage, which now is being cleared.

The minister in charge of this issue proposes to relocate some of these boats to Taravao (on the Southern end of Tahiti, some 40 miles away!), perhaps in a new marina that may be built a few years down the road (!), and meanwhile in zones P2 to P5 below in areas without landing facilities, and in any case catering to less than 60% of the boats concerned.
—> P3,P4 and P5: No landing possibilities at all, less than 1.5m depth and already occupied by small crafts used as party boats.
—> P2: Vaitupa Bay, already saturated as shown in the satellite picture below.
The increase in the number of yachts since the rules of stay were changed 5 years ago has led to some degree of rejection from the local population. Some elected members of Parliament have indicated their intention to legiferate in order to prohibit the lagoon on the Southern side of Tahiti and thereby avoid the migration of boats towards this area, quite in opposition of what the Minister indicated.

All existing infrastructure of the territory is saturated: Marina Taina, Marina Papeete, Marina Apooiti in Raiatea, , Yacht Club in Tahiti, Marina Vaiare in Moorea, Taravao, Raiatea mooring fields all full and will not be able to receive the yachts being removed following the prohibition to anchor.

The AVP points to the fact that the nautical tourism has been earmarked as a strategic component in the economic development of French Polynesia, towards which it contributes over 1.5 billion CFP today.

Aiming at increasing this contribution further, the government has chosen to increase the number of sailboats by lengthening the allowed duration of stay and by decreasing the import tax for boats to some 7% (June 2014).

However, against this increase, no new infrastructure has been put in place, leading to a significant concentration of yachts on anchor in all islands, and generating the relative rejection by locals today.

The AVP is a non profit organization founded and run by sailors, both transient and resident. Its charter includes:

  • Promote the image of the sailing community
  • Defend sailors rights
  • Educate sailors to all existing regulation and good practices, in particular environmental and cultural.
  • Provide practical information regarding anchorages, infrastructure, suppliers and services to facilitate the stay of transient boats and the general well being of all concerned.

 

Contact:  http://voiliers.asso.pf avp.tahiti@gmail.com 87 70 36 15 Arnaud JORDAN

 

 

Etat des lieux de la plaisance en Polynésie au 12 novembre 2019

No Comments

L’Association des Voiliers en Polynésie s’inquiète d’une évolution très restrictive des conditions de séjour des voiliers en Polynésie.

Depuis quelques mois, on assiste à une série de contraintes, d’interdiction, voir d’actions violentes envers le nautisme de plaisance :

A Bora Bora, interdiction totale de mouiller sur ancre, même dans les zones de sable (seules zones de stationnement disponible en jaune sur la carte).
Obligation de prendre un corps-mort payant (xpf 3000/nuit), lequel est imposé sans aucune garantie de sécurité, comme le démontre le cas du voilier “Archer” dont le corps-mort s’est rompu, et qui a subi de gros dommages, tout comme le ponton de l’hôtel Pearl Beach que l’assurance du bateau a dû dédommager.

Le concessionnaire BBMS refuse de répondre aux questions de l’assurance du voilier “Archer”, et notamment s’il est assuré de manière adéquate ou non ( au 11/11/2019)

 

A Raiatea, plusieurs voiliers se sont fait insulter et menacer alors qu’ils étaient au mouillage dans la zone de Miri Miri. Un de ces bateaux a vu son amarre de mouillage coupée - le propriétaire du bateau filmant l’action.
Une plainte a été déposée, mais elle n’a pas été suivie par le procureur (au 11/11/2019)
La DPAM a informé l’AVP (sans présenter aucun texte à l’appui) que le mouillage serait en fait interdit partout en Polynésie et que des mesures et des textes étaient en préparation pour confirmer cette interdiction là où elle se révélerait nécessaire.

A Moorea, un nouveau plan de gestion sera bientôt voté :

-> Interdiction de mouiller hors des zones définies dans le PGEM.
-> Interdiction de dépasser les quotas alloués sur chaque zone.
-> 83 bateaux maximum autorisés sur l'ensemble de Moorea.
-> 50% de ces mouillages autorisés sur Moorea se feront en fond de baie (COOK et OPUNOHU) sur des fonds de 25 à 35m.

-> Concentration des zones de mouillages au nord de l'île, là où la densité des fonds sableux qui permettent le mouillage sans risque de détériorer la faune et la flore est le plus faible et où la concentration de habitations et activités touristiques est la plus importante.
-> 48H de séjour maximum sur un mouillage.
-> Seulement 13 voiliers seront autorisés sur la façade EST de Moorea, la seule pouvant accueillir raisonnablement les plaisanciers venant de Tahiti pour séjour maximum autorisé de 48H (alors que Moorea compte sur cette façade : 50 plaisanciers résidents  et Tahiti compte plus de 250 plaisanciers résidents)
-> Sachant que ces mouillages sur la façade EST sont naturellement et logiquement déjà occupés la plupart du temps par les plaisanciers de la marina de Vaiare pour le week-end du fait de leur proximité.
-> Quotas des mouillages révisables annuellement de façon unilatérale par la commission.

A Tahiti, la zone de mouillage de Taina est prévu d'être “évacuée” .
Il y a là 63 bateaux le 4 novembre, 80 bateaux en pleine saison (à partir du mois de juin); certains sont des épaves, mais la plupart des embarcations sont en parfait état, soit de passage, en attente de pièces de rechange ou en réapprovisionnement. Cette escale technique est évidemment indispensable à tous les bateaux en transit qui ont effectué une longue traversée. Il y a  a Taina une marina (pleine), une zone de corps-morts attenante (pleine P1 & P0), et une zone de mouillage tolérée (VA), cette dernière devant donc etre evacuée.

Le ministre en charge du dossier propose de relocaliser une partie de ces bateaux à Taravao peut-être dans une nouvelle marina à créer dans quelques années, et en attendant dans les zones P2 à P5 ci-dessous dans des lieux dépourvus d'accès à terre, et dans tous les cas ne pouvant acceuillir que moins de 60% des bateaux concernés.
—> P3, P4 et P5 : isolés de toute possibilité de débarquement, moins de 1.50 de profondeur et déjà occupés par les corps-morts des pirogues de bringue.
—> P2 Baie de Vaitupa déjà saturée (voir photo satellite ci dessous).
L’augmentation du nombre de voiliers depuis le changement des règles il y a 5 ans, a entraîné un certain rejet des voiliers de la part d’une partie de la population. Certains élus ont ainsi affirmé vouloir légiférer au plus vite afin d’interdir le lagon au sud de Tahiti pour éviter une migration de ces bateaux dans cette zone, en opposition aux propositions du ministre.

Toutes les infrastructures du fenua pour les voiliers sont saturées : Marina Taina, Papeete, Apooiti, Yacht Club, Vaiare, Taravao, Raiatea affichent complets, et sont incapables de recevoir les voiliers qui vont migrer suite aux interdictions de mouiller.

L’AVP rappelle que le tourisme nautique est inscrit dans la stratégie de développement de l’économie polynésienne, à laquelle elle contribue aujourd’hui à hauteur de 1,5 Milliards de CFP. Avec l’objectif d'accroître davantage cette contribution, le gouvernement a choisi d’augmenter le nombre de voiliers dans le territoire en étendant la durée de séjour permise a 3 ans et en diminuant la taxe de “papeetisation” à 7% depuis juin 2014.
Il n’a cependant pas mis en face de cette nouvelle demande les infrastructures correspondantes, ce qui a eu pour conséquence une forte augmentation des voiliers au mouillage dans toutes les îles et une certaine forme de rejet de la population que l’on constate aujourd’hui.

L’Association des Voiliers en Polynésie est une association de pratiquants de la navigation de plaisance, qu’ils soient résidents ou de passage.
Elle a pour objet en Polynésie de :

  • Valoriser l’image de la plaisance
  • Représenter les intérêts des plaisanciers et défendre leurs droits auprès des autorités et des décideurs
  • Rappeler les devoirs des plaisanciers en rendant accessible les informations sur la réglementation et les bonnes pratiques de la plaisance, en     particulier celles concernant la préservation de l’environnement
  • Donner des indications pratiques sur les mouillages, les infrastructures et les fournisseurs afin de faciliter le séjour des voiliers de passage et la circulation des plaisanciers, la navigations et les escales.

Contact: AVP, http://voiliers.asso.pf
avp.tahiti@gmail.com
87 70 36 15 - Arnaud JORDAN

 

Charter of good conduct for Yachtsman in Polynesia

No Comments

En français : https://voiliers.asso.pf/2019/07/10/projet-de-charte-de-bonne-conduite-du-plaisancier-en-polynesie/

CHARTER OF GOOD CONDUCT FOR YACHTSMEN IN POLYNESIA

ABOVE ALL, A COMMITMENT:

By adhering to this charter, I am demonstrating my commitment to an eco-responsible
attitude, to respect the land and its people, the regulations and practices in force, and to
protect the fauna and flora of Polynesia.

A FLAG TO SHOW MY COMMITMENT:

By flapping the flag associated with this charter, I am showing other boaters and the
public that I am committed to respecting it.

1 - No polluting discharges at sea and waste sorting

  • I keep all my waste on board and sort it for recycling according to the available
    infrastructure on each island.
  • I prefer an active eco-responsible attitude:
    • by collecting the waste found at sea
    • by limiting the use of single-use plastic
    • by using products that have no effect on the environment

2 - Black water treatment (toilets)

  • I use my holding tank and/or the facilities provided on land, in accordance with the regulations in force to avoid discharges into the lagoon

3 - Respect for underwater fauna and flora

  • I only drop my anchor on a sandy or muddy bottom to preserve the coral
  • I respect the fishing regulations (fish, shellfish, crustaceans,...)
  • I respect the distances and rules of observation of marine mammals

4 - Traffic in the lagoon

  • I sail with caution in the lagoon and when approaching beaches and swimmers
  • I reduce my speed in anchorages and near other boats

5 - Respect for the people and access to land

  • I prefer public land access near the anchorage when it exists
  • Most of the land being private (motu - islets - included), access to the shoreline, picking fruits, sometimes the simple passage are subject to authorization by the inhabitants.
  • I anchor at a reasonable distance from the houses while respecting the peacefulness of the area
  • I introduce myself, I communicate, and I ask the inhabitants about the specificities of the place visited.
  • I keep a decent outfit close to shore, boats and in contact with the general population

6 - Maintenance of his ship

  • I do everything possible to maintain my boat in a state of navigation and manoeuvrability
  • I prefer equipped fairing areas to maintain my hull

7 - Solidarity, sharing and communication

  • I defend the values of solidarity and mutual aid as seafarers
  • I raise awareness of my family circle (and especially children) on the protection and safeguarding of our environment and on the respect of this charter

Compte rendu de la réunion de travail du 05/11 –

No Comments

CR réunion bureau 2019-11-05
Yacht Club Arue
19h00-22h30
Bureau complet

Préanbule d'Arnaud :
Arnaud veut maintenir le bureau dans son intégralité jusqu'en 2020, donc réussir à travailler ensemble. On est entrée dans une communication politique, il faut arrondir les angles, on doit s'entendre sur qui fait quoi et qui le fait.
Attention à ne pas engager l'AVP dans un processus qu'elle ne veut pas.

Conférence Bouissou
- Raté dans la diffusion du CR, envoyé à d'autres que nos membres ; réactions limitées. Comme attendu, commentaires désastreux et insupportable sur FaceBook
- Arnaud : contact avec Valentina Cross (UPLD)
- posera une question orale à l'assemblée de PF prochainement
- se demande si Bouissou jouerait la division
- Très très bon article dans la Dépêche suite à notre communiqué de presse (mais article sur épave PaoPao dans le même numéro du journal ...)
- Voir coordination avec voiliers US

Retour sur les points abordés lors de la dernière réunion du 22/10 chez Nathalie :
- Demande de RDV au maire de Punaauia : on envoie la lettre.
- Demande de RDV au maire de Bora : on envoie la lettre
- Relancer les voiliers du mouillage forain, non-adhérents : Florent avait déjà fait un tour, sans grand succès ...
- Révision PGEM Moorea : selon sources Eric, le texte passerait avant les municipales de 2020, et probablement ce mois de novembre
- Formation matelotage: défection de Mathieu Angelin, qui quitte le Fenua; trouver un prochain remplaçant (voir Ben Parnaudeau ???)
- Réponse aux "accusations" de pollution des eaux des mouillage des voiliers: analyses d'eaux par labo ; devis ILM reçu, attente de celui de CAIRAP ; Complète divergence de vues sur le sujet entre les membres du bureau.
- Questionnaire plaisance Régine : rédaction projet en cours; à poursuivre
- Document de positionnement "officiel" de l'AVP sur sujets multiples : Florent avait mis sur le drive il y a une quinzaine de jours un projet, membres pas tous au courant, à compléter
- Assurance "AVP" : premières demandes de devis
- Rencontres autorités : Arnaud ne peut pas tout faire former autres membres
- Catamaran Archer : Eric lui a proposé l'avocat Anne Michel (spécialiste droit transport maritime) ; recherche de l'assureur de BBMS ? (C. Rocheteau devrait le savoir, le lui demander)
- Contact avec une docteure en droit, Julie Cornu (orthographe ?), qui pourrait nous aider: organiser une rencontre ; mail ?
- Cotisation 2020 : positions divergentes des membres du bureau; au final, la majorité maintient la cotisation à 2000 xpf. La cotisation 2020 commence dès à présent. Le site AVP précise bien (lisibilité à renforcer) que la cotisation est calendaire (jusqu'au 31 décembre de l'année AAAA). Un complément de revenus sera généré par la vente du pavillon Ecocean.
- Hello Asso : très franco-français, n'accepte pas cartes crédit étrangères, texte pas en anglais, ... mais gratuit.
D'autres solutions existent (PayBox, ...) mais payantes, obligeant à changer de banque (beaucoup plus coûteux au final) ...
Selon Eric, l'essentiel du recrutement d'adhérents 2020 viendra des partenaires dans les îles : leur faciliter le paiement.
- Cartes de membres 2020 : on commande (400).
- Pavillons Ecocéan : en attente / reçus (échantillons).
- Association A Tia Matairea (Huahine) : association ayant pour but d'améliorer le cadre de vie des habitants et de protéger le corail. Pambrun (réputé) en fait partie.
Christian Colombes négocie sur demande de l'AVP (sic) avec cette asso pour l'installation de bouées de mouillage, pour interdire le mouillage traditionnel sur ancre du platier devant Fare, entre autres. Les précédentes bouées installées par la mairie ont été sectionnées rapidement pour la plupart ; les vis de fixation au fond existent encore et pourraient être réutilisées. Le projet d'Eric est le suivant : Créer un partenariat avec cette association, définir avec elle les zones de mouillage et financer nouveaux mouillages par l'AVP (espoir participation mairie, aide fournisseurs éventuels, ..., estimation globale 200.000 xpf), suivi quotidien par A Tia Mataira ; gratuit selon AVP, payant selon mairie. Ca deviendrait les "corps-morts de l'AVP", surveillance par l'asso de Huahine et par les utilisateurs eux-mêmes, communication "donnez à l'AVP si vous utilisez ces corps-morts". Stéphanie Betz semble très favorable. Quelques problèmes potentiels : mouillages de nouveau sectionnés par locaux ? Squattage des mouillages : aucun moyen pour expulser; c'est d'ailleurs le cas actuellement pour un de ces mouillages...; image AVP dégradée en cas d'échec.
- Structuration communication et transparence des échanges : débat interne au bureau.
En conclusion, Arnaud demande de mettre l'AVP en copie pour que l'ensemble du bureau soit au courant du travail en cours.

Prochaine réunion: mardi 19 novembre, 8h00

Compte rendu réunion de travail du 22/10/19 chez Nathalie –

No Comments

Compte rendu réunion de travail du 22/10/19 chez Nathalie

Étaient présents :
- Arnaud Jordan
- Bernard Guillou
- Régine Rehel
- Florent Gachod
- Nathalie Garnier

Excusé :
- Eric Pinel

 

------------------------------------------- Début : 09h15 ---------------------------------------------

# Lettres aux maires :
- Bora Bora : elle a été modifiée, moins agressive
- Punaauia : précision de notre position, on ne cautionne pas les épaves et les bateaux qui ne sont plus entretenus
Ces 2 lettres expliques qui on est ET demande un rendez-vous, on ne revendique rien, on donne la position de l'AVP : on ne cautionne pas l'occupation de l'espace maritime de façon permanente
Arnaud s'occupe de l'envoi.

# Communication au sein de l'AVP :
Florent : mieux communiquer en interne, exemple sur la réunion avec Catheriene Rocheteau ou du Cluster, pas de compte rendu écrit, a t'on des informations fiables sur le devenir du mouillage à Taina ou du PGEM N°2 ? Si c'est le cas notre devoir est d'informer les adhérents.

# Journée formation 'manille et épissure' pour les membres AVP :
2 heures de prévues par Mathieu (MAT RIGGING), un dimanche matin de janvier 2020, avec 3 ateliers :
- Manille textile
- Jonction chaîne-câblot
- Oeil épissé 3 torons

# Sur le site : Régine : préciser adhésion calendaire : ok c'est fait

# Analyse de l'eau du lagon ? (Régine)
Oui : demande de devis, si ok et concluant alors : publication

# Questionnaire envers les plaisanciers sur les mouillages en Polynésie
Idée de Freevol : ok, en cours...

# RGPD :
But : protéger les données personnelles : où sont les données et qui a accès ?
Faire un registre, les données perso doivent être traçables

# Position de l'AVP :
Florent demande que l'AVP se positionne sur les sujets sensibles
Création d'un doc de travail en vue d'une publication :
- Epaves : recyclage, financement, ...
- Taxe à l'entrée : annuelle, pour limiter et financer le recyclage des bateaux à l'abandon
- Pollution des bateaux : charte. Pollution de la terre très importante,
- Occupation temporaire du domaine publique :
--> Miri-Miri
--> Taina
--> Moorea
--> Fakarava
--> Bora Bora
- Profiteur, les voiliers ne veulent rien payer et profite des installations à terre :
--> Corps mort privé de Taina, mouillage longue durée
--> pas de système de contrat pour le mouillage à Taina

>> Plus de détails sur le drive dans le document de travail.

# Où on en est des rencontres ?
Prochain : le haut commissaire qui ne se positionnera pas mais qui peut nous apporter des solutions intéressantes

# Miri-Miri
Retrouver les photos et vidéo du voilier Tao et le mettre sur le drive (> Arnaud)

# Article sur les secours en mer :
> Arnaud

# Cotisations 2020 :
Il faudra déterminer le montant de l'adhésion 2020 et aussi la date de son lancement.
Si on a besoin d'argent (pour lancer une action en justice par exemple) on peut aussi lancer une souscription comme cela a été le cas dans le passé.

# Bora Bora la honte :
Franc (auteur du texte) pourrait le publier dans le forum mais il n'est pas adhérent, son texte n'est publié nulle part... ce texte est trop long et même si c'est bien écrit et qu'il y a des idées intéressantes il y a aussi des points invérifiables.
Florent est partagé sur sa publication, si on le fait ce sera une publication ouverte ou fermée ? Arnaud a prévu un 'chapeau' qui donnera la position de l'AVP, exemple :
« Nos adhérents se plaignent de la situation de Bora Bora. On se doit d'entendre le mécontentement de ces usagers du lagon. S'ils ne représente pas le direction que prend l'association, une direction délibérément tournée vers la négociation, la discussion et le respect de l'environnement, nous devons en entendre une part.
L'association des Voiliers en Polynésie regrette que les mesures prise à Bora Bora conduisent à une privatisation de la totalité du lagon. Nous comprenons la nécessité d'organiser les mouillages particulièrement fréquentés. Mais nous pensons que doit subsister une zone de mouillage libre, à coté des mouillages organisées. Elle permettra de ne pas perdre la notion légale d'abri côtier et la coexistence de zones payantes et gratuites, mêmes limitées dans le temps sera le garant d'un véritable service, d'une véritable valeur ajoutée des zones payantes.
Au delà de la liberté, nous sommes attachés à ce que les biens communs que sont nos lagons soient traités comme tels et que les lois qui les régissent ne soient pas une privatisation de fait du domaine public maritime. Conscients que cette inestimable richesse appartient à tous, nous ne voudrions pas qu'elle soient à l'usage exclusif de riches touristes mais que les voiliers locaux, parmi les autres usagers, puissent aussi en jouir. »

 

---------------------------------- Fin de la réunion : 12H00 ---------------------------------------

Projet de charte de bonne conduite du plaisancier en Polynésie

1 Comment

In english : https://voiliers.asso.pf/2019/11/08/charter-of-good-conduct-for-yachtsman-in-polynesia/

Cette charte est crée par l'AVP et a pour but de définir des règles de bonne conduite pour les voiliers qui naviguent en Polynésie afin de les informer sur les pratiques et réglementations locales, d'améliorer leur image auprès des résidents "terriens" et donc d'harmoniser les comportements afin d'obtenir une vraie reconnaissance et acceptation auprès des autorités et de la population.
L'idée étant de prendre à contre-pied le train de restrictions qui est en marche contre la plaisance en Polynésie, en montrant notre engagement à la "réguler" par nous même et montrer patte blanche afin d’obtenir une souplesse dans les restrictions à venir et devenir le premier acteur de sa propre expansion et ne plus être le simple spectateur de la dégradation d'une plaisance que l'on ne souhaite pas.
Elle s'appuiera sur une documentation et une information détaillée qui sera développée en annexe afin d'expliquer pourquoi les points abordés sont essentiels et comment il est possible de les mettre en œuvre.
Nous nous attacherons à apporter des réponses et des solutions simple et bon marché pour équiper son bateau le cas échéant pour s'y conformer.

Elle est réservée exclusivement aux membres de l'AVP.

Chacun des membres de l'AVP sera libre d'y souscrire, ou pas.
Chaque souscription sera accompagnée d'un pavillon permettant d'afficher son engagement et sa volonté de mettre tout en oeuvre pour la respecter.

Cette charte sera évolutive et développée conjointement avec la participation de partenaires impliqués dans la plaisance en Polynésie.

Elle sera donc implémentée de préconisations de tous les acteurs qui jugeront bon d'y apporter de l'information sur une conduite à tenir afin de limiter l'impact de la plaisance sur le domaine qui le concerne. Les partenaires pourront être aussi bien des associations de protection de l'environnement de manière générale, que des organismes issus de l'administration ou du gouvernement, pourvu qu'ils soient impliqués dans notre démarche et que leurs préconisations soient cohérentes et "non liberticide".

Voici le projet de charte que nous avons élaboré :

CHARTE DE BONNE CONDUITE DES PLAISANCIERS EN POLYNÉSIE

AVANT TOUT, UN ENGAGEMENT :

En adhérant à cette charte, j’affiche mon engagement à avoir une attitude éco-responsable, à respecter la terre et sa population, les réglementations et usages en vigueur, et à protéger la faune et la flore de Polynésie.

UN PAVILLON POUR AFFICHER SON ENGAGEMENT :

En arborant le pavillon lié à cette charte, je montre aux autres plaisanciers et à la population que je me suis engagé à la respecter.


1 - Aucun rejet polluant en mer et tri des déchets

- Je conserve tous mes déchets à bord et je les trie pour les recycler selon les infrastructures disponibles prévues dans chaque île.
- Je privilégie une attitude éco-responsable active :
--> en ramassant les déchets trouvés en mer
--> en limitant l’utilisation de plastique à usage unique
--> en utilisant des produits sans effet sur l'environnement

2 - Traitement des eaux noires (toilettes)

- J’utilise mon dispositif de rétention et/ou les infrastructures prévues à terre, conformément aux prescriptions en vigueur pour éviter les rejets dans le lagon

3 - Respect de la faune et la flore sous-marine

- Je pose mon ancre exclusivement sur fond de sable ou de vase afin de préserver le corail
- Je respecte les règlements de pêche (poissons, coquillages, crustacés, …)
- Je respecte les distances et règles d’observation des mammifères marins

4 - Circulation dans le lagon

- Je navigue avec prudence dans le lagon et à l’approche des plages et des nageurs
- Je réduis ma vitesse dans les mouillages et à proximité d’autres bateaux

5 - Respect de la population et accès à terre

- Je privilégie les accès à terre publics à proximité du mouillage quand ils existent
- La plupart des terres étant privées (motu - îlots - compris), l’accès au rivage, la cueillette des fruits, quelquefois le simple passage sont soumis à autorisation des habitants.
- J’ancre à une distance raisonnable des habitations en respectant la quiétude des lieux
- Je me présente, je communique, et je m’informe auprès des habitants des spécificités du lieu visité.
- Je conserve une tenue décente à proximité du rivage, des embarcations et au contact des populations en général

6 - Entretien de son navire

- Je mets tout en œuvre pour maintenir mon bateau en état de navigation et de manœuvrabilité
- Je privilégie les aires de carénage équipées pour effectuer l’entretien de ma coque

7 - Solidarité, partage et communication

- Je défends les valeurs de solidarité et d’entraide entre gens de mer
- Je sensibilise mon entourage (et notamment les enfants) sur la protection et la sauvegarde de notre environnement et sur le respect de cette charte


ANNEXES DE LA CHARTE ÉCOCÉAN POLYNÉSIE :
ALTERNATIVES / SOLUTIONS / INFORMATIONS / PRÉCONISATIONS

Dans la charte, vous trouverez des liens vers ces annexes : elles ont pour but de fournir de l'information, apporter des solutions pratiques à ceux qui ne seraient pas en mesure de l'appliquer, et recensera toutes les préconisations des partenaires qui voudraient se joindre et participer activement à la charte en s'en servant comme canal de communication pour exposer au plaisanciers leurs problématiques.
Elle est TOTALEMENT ÉVOLUTIVE !

Compte rendu réunion bureau du 21 mai 2019 –

1 Comment

Compte rendu réunion bureau du 21 mai 2019

Cata Suricat, 8h00-11h30

Participants :
Tous, sauf Nathalie (excusée)

 

# Assurances
- assurance RC asso :
Dossier compliqué à remplir, prix apparemment exorbitant
Attente devis pour décision

- Projet assurance voiliers :
compréhension de notre demande pas simple par les courtiers

 

# Nage Tahiti à Moorea
L'AVP a été sollicitée pour y participer.
L'organisation laisse à désirer avec des problèmes de sécurité comme le suivi d'un nageur avec un voilier, bien moins manœuvrant qu'un bateau à moteur.
L'AVP est solidaire, mais n'y participera pas à cause principalement de l'assurance et des responsabilités en cas de problème : faire mail dans ce sens.

 

#Journée Mondiale des Océans : 8 juin, pointe Vénus
Nouveau nom : "l'effet mer"
Peu d'infos sur l’événement, ni sur le prix de la participation; serait désormais plus commercial ?
Ça serait intéressant de présenter notre charte, mais on est pas prêt.

 

# Charte :
Question sur la signature des adhérents ? Réponse : non, on vendra un pavillon qui engagera le bateau.
Revoir la rédaction de la charte, son logo, son nom (Ninamu, Moana, etc …)
Réunion de travail le vendredi 24 mai à 8 heures, cata Suricat

 

# Epaves :
- Stargap (en train de couler lentement) : le port autonome est au courant de la situation (moto-pompe prévue, semble-t-il)
Juridiquement : c'est le propriétaire qui est responsable, mais les autorités peuvent prendre les devants si rien n'est fait en cas de danger sécurité/environnement ....
- Ecrire une page sur Facebook pour dénoncer l'absence d'action du Pays sur le problème des épaves.
Rencontrer le haut-commissaire ? Pour alerter sur le problème des épaves, voire une taxe à l'entrée pour financer le recyclage/démantèlement des épaves ? (mais ça n'est pas dans son champ de responsabilités du fait du statut d'autonomie)
- Voir avec le prochain haut-commissaire, car l'actuel est sur le départ
- Filière locale déconstruction ?

 

# Mouillages de Bora-Bora, Fakarava et Moorea
Se positionner : on déplore que l'espace publique se réduise et se privatise de plus en plus car un arrête est illégal si il n'y a pas eu d’enquête publique.

- Bora Bora : L'arrêté concernant les mouillages est très probablement illégal, car il n'y a pas eu d'enquête publique sur ce qui est en fait un plan d'aménagement. Ecrire une lettre au maire sur cette base (Bernard)

- Fakarava : C'est la DIREN qui serait à la manœuvre pour un projet d'arrêté :
Plongée passe sud interdite sans moniteur local (équivalent à privatisation)
Interdiction de filmer dans la passe sud
Guide agréé obligatoire pour aller aux sables roses (équivalent à privatisation)
>>> décision en commission, on attend l’arrêté ministériel qui est en cours …

- Moorea : Attente de la publication du rapport du commissaire-enquêteur, à partir du 27 mai environ.

 

# Points divers :
- Des nouvelles cotisations ramenées par Arnaud
- Problèmes administratifs kafkaïens pour débloquer le compte bancaire CCP-OPT (suite à problèmes de signatures)
- Vol du projecteur dans la voiture d'Eric : faire facture et sortir le matériel de l'inventaire
- Mettre accessible sur le Drive les documents publiques de l'association
- Médiocre retour des représentants AVP dans les îles à ce jour ; Eric va faire un déplacement à Fakarava pour relancer notre représentativité.
- Le voilier Buenavista transporte un kakémono AVP à Fakarava
- Un accident grave à Bora: un skipper de voilier, nageant à proximité de son bateau, a eu le pied quasiment coupé par l'hélice d'un powerboat ...

 

Le secrétaire

Réponses à l’enquête d’utilité publique (version longue)

No Comments

A link to a human translation in english

PGEM Moorea 2019

Liste d’observations à retranscrire dans le registre d’enquête publique

Le tableau ci-dessous récapitule un ensemble d’observations susceptibles d’être transmises au commissaire-enquêteur pour inscription dans le registre d’observations du public pour le projet de révision du PGEM de Moorea.

Il comprend 3 parties :

  • d’abord, les observations concernant essentiellement la plaisance,
  • puis les observations ayant trait au déroulement de l’enquête elle-même (horaires d’accès au registre d’observations, incomplétude du dossier soumis à enquête, etc) ;
  • et enfin des observations sur le contenu du dossier, qui ne concernent pas directement la plaisance .

Il n’est pas nécessaire que vous repreniez toutes les observations : il vous suffit d’en sélectionner quelques unes, qui vous paraissent les plus pertinentes à votre point de vue.

Il n’est pas nécessaire non plus de les recopier in extenso : une version abrégée, mais compréhensible est bien suffisante.

Vous pouvez bien sûr ajouter d’autres éléments qui ne figurent pas dans le tableau : dans ce cas, évitez totalement les attaques personnelles ou contre les habitants de Moorea, ainsi que contre les autres activités lagonaires.

Vous pouvez les mettre directement par écrit sur le registre de l’enquêteur : dans ce cas, il vous faudra vous déplacer aux jours et heures prévues pour cela (à Papeete par exemple, c’est les 15 et 16 avril, au service de l’Urbanisme ; à Moorea, c’est entre le 17 et le 27 avril, dans les différentes mairies).

Vous pouvez également les adresser directement par courrier au commissaire-enquêteur à l’adresse suivante :

M. Gaspard PONIA

Ccommissaire-enquêteur PGEM Moorea

Service de l’urbanisme, bat. A1

11, rue du commandant Destremau

BP 866 Papeete 98713 Tahiti

Vous pouvez enfin les remettre à l’AVP, par courrier (BP 3691, 98713 Papeete) ou à un membre du Bureau, qui les remettra elle-même au commissaire-enquêteur lors d’une entrevue avec lui.

Il est IMPORTANT d’avoir un maximum de participations individuelles : l’effet de masse et de mobilisation, de connaissance des imperfections du dossier, de propositions, … sont les plus sûres chances de faire bouger les choses dans un sens favorable et d’obtenir une concertation de dernière minute.

Texte incriminé

Observations

Observations spécifiques plaisance

Annexe 2 : Quotas de mouillages :

Il n’est fourni aucune justification quant à la méthode de détermination des chiffres des quotas de mouillages. Il n’est fourni aucune étude scientifique déterminant ces chiffres. Aucune association reconnue de plaisanciers n’a été associée à la détermination de ces chiffres.

Ils sont donc arbitraires ou plus probablement de la seule volonté déclarée de l’équipe municipale.

Les justifications, méthodes et études doivent, s'ils existent, être rendus publics.

Article 50-II-1° : Mouillages dangereux en milieu des deux baies :

Ces mouillages s’effectueraient par 30 à 40 mètres de profondeur, sur un fond de tenue médiocre.

C’est totalement ignorer comment il faut ancrer un bateau et bien la preuve que les plaisanciers n’ont pas été consultés : les bonnes pratiques de mouillage sont les suivantes :

- beau temps, bon fond, une personne à bord : 3 fois la hauteur d’eau

- idem, équipage à terre : 5 fois la hauteur d’eau

- mauvais temps : 7 fois la hauteur d’eau

Les voiliers embarquent 30 à 80 mètres de chaîne en moyenne (limitation due au poids), soit une capacité de mouillage sécuritaire par 15 m de profondeur environ.

Les mouillages en milieu des deux baies de Cook et d’Oponohu sont donc impossibles, sauf aux très grosses unités (25 m ou plus) ou dans des calmes plats totaux. Une obligation de les utiliser relèverait de la mise en danger de la vie d’autrui …

Les mouillages doivent choisis dans d’autres zones moins profondes.

Annexe 2 Répartition nord-sud des mouillages (60/13):

La grande majorité des activités lagonaires se situe au nord de Moorea.

Et la majorités des zones de mouillage imposées se situent aussi au nord de Moorea…

Pourquoi le PGEM n’équilibre pas les quotas de mouillages nord et sud ?

De plus, la répartition actuelle défavorise les voiliers venant de Tahiti, où se trouvent la plupart des voiliers locaux.

Information préalable sur l’occupation des mouillages :

Rien n’est prévu par le PGEM quant à l’information préalable des plaisanciers sur l’occupation réelle des mouillages.

Comment les voiliers sauront-ils que le(s) mouillage(s) envisagé(s) est(sont) déjà complet(s) ?

Impossibilité pratique du respect et du contrôle de ces quotas :

- des voiliers arrivant à la tombée de la nuit mouilleront là même si le quota est déjà atteint

- un éventuel contrôleur sera dans l’impossibilité de déterminer quels bateaux sont arrivés en derniers, en cas d’infraction au quota

Discrimination générale :

La loi autorise évidemment des différences de règles pour des situations différentes ; encore faut-il ne pas exagérer :

- La plaisance, qui ne fait l’objet d’aucune remarque négative dans le rapport portant sur le vécu du PGEM pour la période 2004-2013 « ÉLÉMENTS POUR UN DOCUMENT D'OBJECTIFS ET ACTIONS PRIORITAIRES, Association du PGEM, 2013 » se voit appliquer des mesures drastiques, non-concertées et injustifiées.

- L’activité de pêche, dont le préambule du texte du PGEM indique explicitement que le lagon est en état de sur-pêche, se voit après 5 années de concertation simplement imposée de mettre en place un comité chargé de proposer des mesures, et ce sans la moindre indication de délai.

Cette différence de traitement n’est pas acceptable.

A minima, la plaisance demande à être traitée comme l’activité de pêche, avec la mise en place d’un comité chargé de faire des propositions réalistes en termes de quotas, de charte de bonne conduite, d'équipements, dans un délai de quelques mois.

Article 50-1, alinéa 2 : Révision systématique des quotas tous les ans :

Cette mesure spécifique à la plaisance est manifestement discriminatoire : les autres activités lagonaires ne sont pas astreintes à cette exigence, et ce sans aucune justification apportée. Ceci, ajouté à la volonté déclarée publiquement de la municipalité de supprimer les voiliers du lagon, démontre le manque d’impartialité qui a prévalu à la rédaction du texte du PGEM.

Cette mesure doit être supprimée.

Préambule, avant-avant dernier alinéa : Concertation (absence de) :

« Afin de garantir une révision basée sur la concertation efficiente, la Commune (avec l’aide des projets RESCUE et INTEGRE) a défini une méthodologie pour identifier les cibles et les acteurs de cette révision ». Manifestement, cette méthodologie (pour laquelle aucune information pratique n’est donnée) a été un échec, car elle n’a pas permis de repérer l’AVP (seule association de représentation des plaisanciers de Polynésie française depuis 1981), ni d'ailleurs le Yacht Club de Tahiti ou la fédération tahitienne de voile, impactés eux aussi par le PGEM.

On peut en conclure que les mesures concernant les plaisanciers ont été « étudiées » sans eux : la concertation sur ce plan n’a donc pas été efficiente, voire inexistante.

La municipalité a accepté de participer enfin à une réunion d'information informelle organisée par l'AVP le 16 juin 2017, le rapport de final du PGEM est daté du 22 juin 2017.

L’AVP demande à être associé à la révision du PGEM.

Politique du tourisme :

L’avis favorable sous réserves de la mairie de Moorea-Maiao a été émis le 13 septembre 2018 : selon la presse, le maire y expose une position totalement opposée à la présence de voiliers dans le lagon de Moorea.

La politique déclarée du Gouvernement [« Objectif n° 2 : développer les activités nautiques et de croisière (actions n°29 et 30). De même, les segments du tourisme nautique (plaisance, charter, yachting et croisière), malgré un développement notable ces 5 dernières années, disposent encore d’un potentiel de croissance très important.... (DEBAT D’ORIENTATION BUDGETAIRE PREALABLE AU VOTE DU BUDGET PRIMITIF POUR L’EXERCICE 2018, RAPPORT DU GOUVERNEMENT, 11 octobre 2017) est d’augmenter encore la présence de voiliers dans les eaux polynésienne. Les Iles du Vent (donc nécessairement Tahiti et Moorea) vont donc voir encore plus de voiliers si les souhaits du Gouvernement se réalisent.

Comment est-il prévu par le PGEM de faire coïncider ces deux positions manifestement irréconciliables ?

Mouillages forains :

La version 2004 du PGEM autorisait le mouillage forain sur fonds de sable, à juste titre puisqu’il est partout reconnu que les ancres ne font pas de dégâts sur les fonds de sable. Cette possibilité n'existe plus dans cette version du PGEM révisée, sans qu'il n'y ait une seule justification étayée de cette décision.

Cette possibilité de mouillage forain, dans des zones raisonnables, doit être rétablie.

Accès à terre :

De même que le PGEM prévoit à juste titre de préserver les accès à la mer, il faut également qu’il prévoit des accès à la terre dans les zones de mouillage : pour des raisons de sécurité (approche des annexes motorisées à proximité des éventuelles zones de baignade), pour des raisons simplement économiques (accès des équipages aux magasins, bars et restaurants, prestataires touristiques terrestres, services payants terrestres (poubelles, eau, sanitaires, …).

Ceci doit être inclus dans le texte du PGEM.

Article 6-I-A Membres du comité permanent :

Alors que la plaisance fait l’objet de plusieurs pages à elle seule dans le texte du PGEM, elle n’a pas droit à un seul représentant avec voix délibérative :

Les plaisanciers demandent d’avoir un représentant au comité permanent, avec voix délibérative.

Article 50-I, alinéa 4 Redevance :

Les plaisanciers ne sont pas opposés au principe d’une redevance. Ils demandent simplement à être associés réellement lors de l’établissement de ses modalités, que ce soit sur une base locale (en fonction des prestations fournies), ou sur une base globale (permis de circuler …).

Article 49, 1° alinéa : Discrimination plaisance commerciale / plaisance amateur :

« Ces zones visent à organiser et gérer durablement les navires de plaisance à usage personnel, à savoir pour le loisir ou le sport et à des fins non commerciales ... ».

Compte tenu de l’imprécision de la rédaction, deux lectures peuvent en être faites :

- la plaisance commerciale (charters, locations AirBNB, etc) ne peut pas utiliser les zones organisées, et est de facto totalement exclue du lagon de Moorea puisqu’il n’y a aucun article traitant de son cas dans le reste du texte du PGEM ;

- la plaisance commerciale est libre de toutes contraintes, les limitations fixées dans le texte ne s’appliquant qu’à la plaisance amateur. De facto, les charters et autres AirBNB peuvent mouiller partout (ou presque) sur fonds de sable sans limitation de durée.

Il n’est donc pas possible de lire : la plaisance commerciale a les même contraintes que la plaisance amateur. Cette discrimination est contestable, ces deux formes de plaisance générant les mêmes problèmes vis-à-vis du lagon dans le cadre de ce PGEM ...

Procédure d’enquête publique

Arrêté ministériel 558 MLA du 21 janvier 2019

Accès au registre des observations :

Le registre d’observations n’est pas disponible au public en permanence, mais uniquement lors des rares et courtes présences physiques du commissaire-enquêteur dans chaque lieu.

Ceci est totalement inhabituel dans les enquêtes publiques. C’est contraire à une bonne participation du public à l’enquête.

Quelle sont les raisons ayant empêché la mise à disposition permanente du registre ?

Arrêté ministériel 558 MLA du 21 janvier 2019

Dématérialisation de l’enquête publique :

Alors que le Gouvernement veut une administration plus efficace et plus proche des citoyens, via l’utilisation d’Internet, l’enquête publique du PGEM de Moorea n’est pas disponible sur Internet, alors qu’il existe des outils « clés en main » pour ce faire.

Pour quelles raisons cette possibilité permettant un accès simple, complet et permanent au dossier et au registre, n’est-elle pas mise en œuvre, la législation ne semblant pas s’y opposer ?

Arrêté ministériel 558 MLA du 21 janvier 2019

et

article 1

Le dossier d’enquête publique n’est pas complet :

L’arrêté 558 MLA du 21/1/2019, article 2, indique la composition du dossier : « pièce n° 1, rapport de présentation (…) ». Le rapport de présentation, à son article 1, parle de cinq cartes pour définir entièrement le PGEM : il manque donc « la carte des vocations générales qui fixe les grandes orientations de l’espace lagonaire ». L’absence de cette carte ne permet pas au citoyen de juger si les 4 cartes fournies sont en accord avec la carte manquante.

Pourquoi avoir omis de joindre cette carte au dossier d’enquête ?

Le dossier d’enquête publique n’est pas complet :

L’avis favorable sous réserves de la mairie de Moorea-Maiao a été émis le 13 septembre 2018 : il devrait déjà figurer dans le dossier d’enquête (et/ou le registre) et être consultable par les citoyens: ce n’était toujours pas le cas à la date du (aujourd’hui). Il n’est également pas disponible via Internet.

Quelles sont les raisons juridiques (ou non) ayant empêché l’insertion de ce document, extrêmement important pour l’information complète du public sur l’avenir de certaines activités lagonaires susceptibles d’être remises en cause dès la publication finale du PGEM, dans le dossier d’enquête publique ?

Annexe 1

Le dossier d’enquête publique n’est pas complet :

L’annexe 1 renvoie à de nombreux documents via des « hyperliens », qui ne sont évidemment pas actifs dans un document … « papier ». Le dossier présenté à enquête publique devrait donc contenir également ces documents, dont la consultation a semblé suffisamment importante au rédacteur du dossier de présentation du PGEM pour qu’il prenne la peine de les lier informatiquement.

Pourquoi ces documents ne sont-ils pas joints au dossier ?

Article 4

Le dossier d’enquête publique n’est pas complet :

L’article 4 indique :« Dispositions transitoires : Les autorisations administratives délivrées avant l’entrée en vigueur du présent texte et qui ne lui sont pas conformes demeurent applicables jusqu’à la date du XXX. ».

L’absence de la date du XXX, surlignée en jaune dans le document, empêche le citoyen de porter un jugement éclairé sur l’application et les conséquences éventuelles de cette disposition (il y a une différence de fond essentielle dans le sens que prendrait l’article 4 selon que l’on retiendrait la date du 31/12/2019 ou celle du 31/12/2029 (équivalente à : aucune mise en conformité ne sera exigée), par exemple ...).

Comment le citoyen peut-il émettre un avis éclairé sur le document présenté à enquête sans cette information capitale ?

Copie du dossier :

Pour quelle raison objective et juridique (autre que celle de l’habitude) n’est-il pas permis d’obtenir une copie du dossier d’enquête (en version papier complète ou en version informatique) ?

Il est par contre autorisé d’en faire une photographie, mais pas une photocopie.

Arrêté ministériel 558 MLA du 21 janvier 2019 Adresse du commissaire-enquêteur :

Alors que dans d’autres dossiers d’enquête publique en Polynésie française l’adresse précise et complète du commissaire-enquêteur figure dans l’arrêté ministériel et dans les avis diffusés par voie de presse, ici il a fallu la demander expressément par mail.

Cette omission vient s’ajouter aux autres observations ci-dessus et ne facilitent  pas l’expression des opinions des citoyens.

Dossier de présentation – Éléments non spécifiquement plaisance

Autorités compétentes :

A de multiples reprises, le terme « autorités compétentes » est utilisé dans le texte du PGEM.

Il est indispensable de faire préciser dans un alinéa à rajouter que la Commune de Moorea n’est jamais incluse dans ce terme, qui ne concernera donc que des organismes du Pays .

Article 2 Limites géographiques du PGEM :

La définition de la limite du PGEM passe de la profondeur bathymétrique de 70 m à la distance de 250 mètres de la crête récifale. Il n’est indiqué nulle part les raisons, ni conséquences de ce changement de limites.

L’information du public est là encore incomplète.

Article 2 Limites du PGEM :

La bande côtière inaliénable des 3 mètres est-elle incluse dans la zone de responsabilité du PGEM ?

Article 8 Gestionnaire futur du PGEM

Après 14 ans d’existence, et 5 ans de révision, le texte du PGEM proposé est incapable de définir le système de gestion à venir : la commune de Moorea est seulement « identifiée » comme possible gestionnaire ! Alors qu’il existe potentiellement d’autres solutions envisageables (structure privée, structure associative, organisme du Pays, …), le dossier proposé à enquête publique laisse dans le flou le plus complet cette partie essentielle à la mise en œuvre efficace du PGEM.

Pire, la solution de la commune gestionnaire « sera discutée avec le gouvernement » : quid si le gouvernement refuse ? Aucune solution de repli, aucun délai n’est indiqué.

Il est donc difficile à la population de se prononcer sur un dossier aussi lacunaire.

Le texte du PGEM est donc notoirement incomplet, et doit être repris et finalisé.

Article 7, alinéa 1 Désignation des membres du comité permanent :

« En cas de désaccord sur la nomination d’un membre, il [le maire] procède à la désignation d’un membre ». Cette rédaction permettrait au maire de désigner tout le bureau en cas de désaccords multiples …

Pourquoi ne pas laisser le Comité trancher, et non le Maire ?

Article 10 Vitesse :

Les « zones fréquentées », où la vitesse est limitée à 5 nœuds, ne sont pas définies : le mot « fréquentées » n’est pas explicité sans la moindre ambiguïté, ce qui permet toutes les interprétations, et donc l’inapplicabilité de cette règle.

Elle doit être totalement claire, c’est un problème majeur de sécurité.

Article 12 Réseaux :

La zone de protection des réseaux sous-marins (interdiction d’ancrage) n’est pas définie en mètres dans le texte du PGEM, entraînant là encore des risques pour la sécurité de ces câbles.

Cette information doit figurer explicitement dans le texte du PGEM.

Article 43, alinéa 1 Pêche :

Alors que le PGEM a un vécu de 15 ans, et une période de révision de 5 ans, il n’a pas été possible de fixer les contraintes pour l’activité « pêche » dans ce PGEM : seule la mise en place d’un comité chargé de faire des propositions dans un délai non-défini est envisagée. C’est clairement là un chèque en blanc fait à cette activité, et un encouragement à la sur-pêche dénoncée dans l’introduction du document. C’est ce que dit en d’autres mots la Chambre Territoriale des Comptes dans son rapport 2017 sur la politique environnementale du Pays : « L’expérience a montré que les PGA et PGEM, tels qu’ils sont conçus, constituent davantage des outils d’organisation de l’espace et moins de protection du milieu naturel ».

Financement du PGEM :

Le dossier présenté à enquête publique n’aborde nulle part la question du financement : le public (contribuable) n’est absolument pas informé de combien le PGEM, va coûter, ni comment il sera financé ! L’incertitude totale sur le futur gestionnaire n’améliore pas les choses.

Par exemple, l’étude RESCUE (2016, non-jointe au dossier d’enquête publique) sur des mouillages payants conclut à une très grande difficulté à simplement équilibrer les comptes de la collecte de cette éventuelle recette…

Pourquoi n’y a-t-il aucun élément de chiffrage dans le dossier de présentation soumis à enquête publique ? Les habitants de Moorea seront-ils les seuls à payer pour ce PGEM ? Le dossier d’enquête est incomplet.

Révision :

L’article 8 du PGEM 2004 a disparu (il prévoyait la possibilité d’une révision exceptionnelle, autre celle décennale )

Nous demandons son rétablissement

Article 48-III Hydravions :

« Toute nouvelle autorisation d’amerrissage et de décollage sur le lagon des aéronefs est interdite. »

Sans être spécialiste de la chose, cette formulation paraît largement entachée d’illégalité...

Les observations en pdf

Compte rendu de l’Assemblée Générale du 08/03/19 à la Mairie de Punauuia –

No Comments

ASSEMBLEE GENERALE DU 8 MARS 2019

 

COMPTE RENDU

Mairie de Punaauia
18h00 – 20h15
Participation :
41 personnes, dont le Bureau au complet

# Introduction du Président
Des écueils :

  • éviter les revendications inutiles et irréalistes
    éviter la marchandisation excessive (du site internet)

  • éviter les procès au TA : uniquement si nécessaire

Des buts :

  • fédérer les voiliers de passage

  • améliorer la cohésion des plaisanciers

  • construire une légitimité et une représentativité

  • défendre l’accès aux espaces publics et de liberté restants

  • donner une meilleure image des voiliers, notamment écologique

  • apparaître comme une force de propositions

  • et bien sûr, offrir des réductions via des partenaires


# Bilan des activités 2018

Le Bureau a mené les actions suivantes :

Rencontre avec le Président du Cluster Maritime (Gérard SIU)
Cette rencontre a été très décevante : le Cluster paraît pour l’instant considérer Archipelagoes comme le seul interlocuteur en matière de plaisance, qu’elle soit professionnelle ou amateur. De plus, l’image des voiliers dans l’esprit de Mr SIU est assimilable à celle d’un étron…
Malgré tout, une seconde entrevue est prévue prochainement…

Rencontre avec le Commandant du Port Autonome de Papeete (Mr François CHAUMETTE)
Le PAP gère le lagon jusqu’à la passe de Tapuna, et la marina de Taina, ainsi que sa zone de mouillage organisé.
Le mouillage devant l'aéroport est interdit la nuit.
Il y a une volonté du gouvernement de fermer le mouillage forain à Taina ; le PAP pourrait installer des zones de mouillages supplémentaires, mais évidemment payantes. Plusieurs zones restreintes sont envisagées à proximité de Papeete (baie au nord de l’Intercontinental, tour de contrôle de l’aéroport, Technimarine…), mais aussi plus loin comme à Mahina.
Franchissement des axes de piste de décollage : la procédure est mal respectée. L’AVP s’est proposée pour établir une procédure-type et la diffuser. La Vigie du port y est très favorable, mais c'est le commandant du port qui décide au final.
L’actualité locale risque de ralentir ces discussions …

Nota : la France a délégué la gestion du lagon à la Polynésie (statut d’autonomie de 2004) ; il reste néanmoins un large flou autour des responsabilités respectives des diverses administrations en charge du domaine maritime (DPAM, DIREN, Pêche, Aménagement, etc).

Rencontre éventuelle avec le Gouvernement

Nous avons prévu de rencontrer des membres du Gouvernement. Pour cela, il nous faut plus de légitimité (en clair, plus d'adhérents : voir # suivant).
Le Gouvernement prend les voiliers pour des pollueurs, et qui ne bougent pas (voiliers-ventouses). On sait bien que l’essentiel de la pollution vient de la terre, mais ça va être dur à le faire reconnaître malgré de nombreuses études : les voiliers sont associés avec le « caca » dans l'eau !
Il nous faut donc un discours plus positif dans ce domaine.
On estime sommairement que 450 voiliers supplémentaires sont présents en Polynésie du fait de l’admission temporaire portée à 36 mois. Ca peut créer une gêne, une « pollution visuelle » pour reprendre les mots de certains. Le ressenti d’une partie de la population n'est pas bon (« les voiliers ne payent rien, pas de taxes, et encombrent les lagons… ») ; d’où l'intérêt d’essayer de rencontrer le Ministre de l'Equipement dont c’est le domaine de responsabilité.

Révision du PGEM de Moorea

C’est un chantier difficile qui occupe énormément les membres du Bureau.
L’enquête publique est en cours depuis le 25 février.
Des groupes de travail et de réflexion sont prévus incessamment pour définir la position générale de l’AVP, et préparer un commentaire-type pouvant servir de canevas aux observations que vous inscrirez dans les registres officiels : les membres intéressés sont priés de s’inscrire à la fin de cette AG.
(voir ci-dessous des éléments complémentaires)

Autres points

Il est prévu de rencontrer le JRCC, avec l'idée d'une procédure-type à diffuser pour les cas d'alerte cyclonique, tsunami ou recherche/inquiétude.

# Site Web et partenaires

Un très grand merci à Eric qui a développé le nouveau site, et travaille énormément au recrutement des partenaires.
But du partenariat :

  • générer de l’adhérent grâce à la carte de membre, laquelle par les réductions proposées représente un vrai plus économique. Les partenaires payent un ticket d'entrée qui est actuellement de 2900 XPF et qui a vocation à être renégocié l'année prochaine.

  • augmenter également le volume d’adhérents de l'AVP via les représentants de l’AVP dans les îles, ces représentants étant essentiellement des partenaires : l'idée est que 100% de leur clientèle devienne adhérent.

Exemples :
Vincent Roche (Maintenance Marquises Services) à Hiva Oa (85 % des voiliers arrivant passent ici) va mettre à disposition pour les adhérents de l'AVP une salle ;
Matthieu (Pakokota Yacht Services), qui voit 65% des voiliers de passage à Fakarava à ses mouillages…
Michel Balzer à Taina, qui reste incontournable pour les voiliers de passage, etc …
Tous ces partenaires-représentants pourront créer de l'adhésion, en direct : la cotisation est « remboursée » en 20.000 XPF d’achats …

# Bilan financier

La trésorière présente les comptes, de mars 2018 à mars 2019, qui n’appellent pas de commentaires particuliers.
Dépenses : 92.349, recettes 234.000, solde 141.651 XPF (le tableau de synthèse figure en annexe).
Quitus donné sous les applaudissements de la salle en délire…


# Composition du bureau
Sophie Deriols, démissionnaire et dont on remercie ici le travail accompli dans les manifestations, est remplacée par Nathalie Garnier.
Les membres du bureau sont donc :
   -   Arnaud Jordan (président)
    -   Eric Pinel-Peschardiere (vice-président)
    -   Régine Rehel (trésorière)
    -   Nathalie Garnier (trésorière-adjointe)
    -   Florent Gachod (secrétaire)
   -   Bernard Guillou (secrétaire-adjoint)
Le nouveau Bureau est élu à l'unanimité.
Quitus est donné au Président pour sa gestion 2018.
Les statuts de l’association sont également approuvés à l’unanimité.


# Affaires en cours

Point sur la révision du PGEM de Moorea

La règle est : il est interdit de mouiller partout sauf dans les zones autorisées : on perd l’autorisation de mouillage de 48 heures sur fonds de sable.
Le nombre de voiliers est strictement limité par zone, et la mairie (via le bureau d’un comité permanent) décidera tous les ans du nombre de bateaux qu'elle accepte (elle a déjà annoncé par écrit qu’elle voulait réduire encore plus les quotas de mouillages autorisés …).
L’enquête publique est très importante, le commissaire enquêteur devant remettre un rapport tenant compte des observations du public (donc, vous …).
Si l’enquête publique n’amène aucune évolution du texte présenté, il existe des éléments qui semblent « attaquables » dans le dossier, avec parmi les plus évidents :

  • nombreux éléments discriminatoires, voire probablement illégaux envers les voiliers ;

  • commission de révision dirigée exclusivement par la mairie, qui a annoncé ses intentions ;

  • mouillage par 30/35m de fond en milieu de baie irréalistes pour la plupart des voiliers ;

  • pas de prise en compte de la forte saisonnalité ;

  • etc, etc.

Un tableau des horaires de présence du commissaire enquêteur figure sur le site de l’AVP, en particulier il sera présent à Papeete (Service de l’Urbanisme) les 15 et 16 avril. [Penser à joindre d’une manière ou d’une autre la proposition faite par l’AVP en 2017 (dossier Delpia)].
Atelier de travail sur le nouveau PGEM : mardi 12 mars, 18 heures au Yacht Club d’Arue.

Marina Taina
Le mouillage forain deviendra certainement organisé ; la question de son dimensionnement exact reste posée, ainsi que le développement de zones complémentaires.

Bora Bora
On a besoin d'un représentant de l’AVP à Bora-Bora..
Une demande de 2 zones supplémentaires de mouillage moins profonds est en cours.
Stratégie contre les « attaques » médiatiques récentes contre la plaisance
Le Bureau est partisan d’éviter les réponses frontales directes ou agressives autant que possible, et rechercher la concertation avant d’envisager d’autres moyens d’action.


# Activités prochaines

# Puces nautiques, à la marina Taina, devant la Casa Bianca : samedi 29 juin 2019 :
Ouverte à tous, de 7h00 à 11h30 ; vente de boissons et gâteaux au profit de l’AVP ; 2 bénévoles souhaités pour tenir le stand de l’AVP (vente et recrutement) de 6h30 à 12h00.

# Puces nautiques à la marina d’Arue : pas de date pour l’instant.

# Clean-Up day, au Yacht Club d’Arue le samedi 22 juin 2019 :
Ouvert à tous : nettoyage des déchets dans le lagon d’Arue, zone du motu ; en partenariat avec le club de plongée, le Yacht Club de Tahiti, l’école de voile d’Arue, le club de pirogue et tous les acteurs de la zone.

# Journée mondiale des océans, au parc Paofai, début juin, 12-17h00 (date à venir, un samedi) :
Village d’associations, animations ludiques (atelier matelotage, …), communication autour de la préservation des océans (gestion des déchets et utilisation de produits “lagoon-frienly”, …) ; communication avec le public sur le mode de vie éco-responsable des plaisanciers ; 3/4 bénévoles ou plus, recherchés pour tenir le stand (animation et/ou communication).


#Activités à développer

# Un potluck ou un barbecue régulier semblent très difficiles faute de lieu adapté.
# Organisation de randonnées : des membres volontaires pour en organiser (parcours, transport collectif ou co-voiturage, inscriptions et planning, etc …) sont vivement recherchés.
# Journée du patrimoine, au musée de Tahiti et des îles, en mi-septembre : événement festif autour du patrimoine polynésien.
Projet à développer: en 2018, annulé faute de bénévoles pour encadrer l’événement.Propositions: ateliers (matelotage, modélisation voiliers, préparations de produits écologiques faits maison, de conserves... d’autres idées?), modélisation de la navigation à la voile, visite de bateaux?, observation du ciel/aérologie; observation des étoiles (si festivités le soir)
Besoins: au moins 5 bénévoles pour travailler sur le projet au départ.

# Composteur à déchets, à la marina d'Arue
Projet à l’initiative d’Emeline (de la marina Taina) mais qui semble difficile à mettre en place sur ce site dans un premier temps ; proposition d’installation d’un dispositif de compostage à la marina d’Arue, à plus petite échelle, pour évaluer la faisabilité du projet. Proposition d’achat d’un composteur en bois fabriqué par les élèves du lycée professionnel de Puna’auia; coût: 7000 XPF. Communication vers les utilisateurs des marinas : compostables, non-compostables en Polynésie.

# Initiative enfants de Polynésie :
on cherche à développer des actions du type de celle menée par le catamaran Contretemps aux Marquises : voir leur page sur le site de l’AVP.
Créer du lien avec la population, par exemple en embarquant des enfants à bord et leur montrer la réalité du bateau. Initiative prochaine avec l'usine de jus de fruit de Moorea, et des enfants de Moorea.
Les associations ont besoins de bénévoles, les 6 membres du Bureau ne peuvent réellement pas tout faire : n’hésitez pas à vous signaler par mail si l’une des offres d’emploi ci-dessus vous intéresse…..


# Questions diverses

- Problèmes avec quelques voiliers de passage : par exemple, aux Marquises avec le vol de fruits dans les jardins ; à Fakarava avec des dépôt d'ordure sauvages...
L’idée de faire une charte affichée est bonne, mais peut être à double tranchant : on affiche que certains voiliers se comportent mal, même si l’AVP se désolidarise de ces gens-là. Idem pour les épaves ou quasi-épaves.
- Image négative des voiliers qui font caca dans l'eau : que faire ?
Insister auprès des autorités concernées sur l’obligation d’une caisse à eaux noires, et des installations de traitement à terre.
- Paiement de l'adhésion par bateau ou par personne ?
A ce jour, c'est par personne


>>> Fin de l'Assemblée Générale, suivi d’un pot offert aux participants


# Annexes :

  • Bilan comptable

  • Diapos présentées

Diaporama AG AVP 2019 -   Comptabilité AVP 2018

 

 

[Florent - correction Bernard]

Tahiti_Pacifique

Nautisme : indésirables voiliers à Moorea

2 Comments

Voici l'article paru sous le titre Nautisme : indésirables voiliers à Moorea dans Tahiti Pacifique du 25 janvier. Vous pouvez le télécharger à cette adresse

https://www.tahiti-pacifique.com/Nautisme-indesirables-voiliers-a-Moorea_a1081.html

ou le lire ci-après.

Comme vous, je suis tout à fait peiné (et je mesure mes mots) à la lecture de cet article. Mais restons positifs. Nous passons pour des râleurs indisciplinés ? Et bien râlons, mais entre nous. Ne tendons pas les verges pour nous faire battre. Que cet article soit l'occasion que chacun s'exprime, en commentaire, sous l'article. Et c'est peut-être aussi le moment

  • de faire des propositions concrètes, réalistes, intelligentes, avec une vraie connaissance du terrain,
  • de rassembler les arguments qui nous servirons à réagir à l'enquête d'utilité publique,
  • d'afficher nos véritables préoccupations pour le nautisme durable en suivant cette formation en ligne

Si vous parvenez à me lire, vous devez pouvoir commenter. Organisons le débat, nous irons porter cette parole légitime où l'on voudra bien l'entendre.

En réunion de crise le 25 janvier, le bureau de l'Association des Voiliers en Polynésie a débattu autour de l’attitude à tenir. Deux positions divergentes ressortent :

  • publication d’un droit de réponse (version light : simplement factuel, version hard : offensif contre la municipalité et ses contre-vérités).
  • ne pas réagir (journal lu essentiellement par popaa, pas de faits ou de déclarations nouvelles …)

Nous convenons de ne pas réagir pour l’instant ; par contre, nous demanderons une nouvelle fois un rendez-vous avec le maire de Moorea (sans grand espoir, les précédentes demandes étant restées sans réponse)

Même débat autour de la diffusion de cet article. Là encore, deux positions divergentes :

  • - ne rien faire, pour éviter de « mettre de l’huile sur le feu » ;
  • - diffuser cet article de Tahiti-Pacifique sur le site AVP.

La mise en ligne d’un article d’un journal payant encore en vente étant peu légale, nous convenons de le diffuser seulement à nos membres.


Nautisme : indésirables voiliers à Moorea

Vendredi 25 Janvier 2019 - écrit par Toatane Rurua

À l’approche de l’enquête publique pour le renouvellement du PGEM à Moorea, la municipalité a décidé, par souci de l’environnement et de la sécurité des usagers de la mer, de supprimer certaines zones de mouillage jugées "polluantes" ou présentant  "des risques d’accident". De nouvelles zones ainsi que de nouvelles infrastructures seraient à l’étude pour mieux structurer l’accueil des voiliers. La zone de Tahiamanu, notamment, cristallise toutes les tensions, en attendant des solutions.

À Tahiamanu, il a été recensé sept bateaux dans lesquels vivent des résidents de l’île Sœur. Crédit photo : DR

Alors que le projet de révision du PGEM (Plan de gestion de l’espace maritime) sera bientôt soumis à une enquête publique à Moorea en vue d’une concertation avec la population et les institutions, l’inquiétude règne chez les plaisanciers. Et pour cause, lors d’un conseil municipal tenu à la fin de l’année dernière, la majorité des élus a décidé de supprimer certaines zones de mouillage très appréciées des voiliers et des touristes, notamment celle en face de la plage de Tahiamanu.

Et, pourtant, depuis le début des discussions entre les différentes parties (élus, représentants des voiliers…) dans le cadre de la révision du PGEM, les représentants des voiliers ont adopté d’emblée une position catégorique : il était hors de question d’exclure les plaisanciers de la zone "mythique et emblématique" de Tahiamanu. Ce site serait incontournable pour les plaisanciers, en particulier pour les touristes, au vu de la beauté du site et du paysage. Le ton était d’ailleurs rapidement monté, puisque des plaisanciers de l’île Sœur ont lancé, dès le début des négociations, une pétition contre la suppression de cette zone de mouillage, au mois de septembre 2017. Les esprits se sont finalement apaisés avec les élus, par la suite...

Mais alors que les discussions se poursui­vaient, avec le soutien technique de l'Agence française pour la biodiversité, dans le cadre du projet RESCCUE (Restoration of Ecosystem Services and Adaptation to Climate Change, restauration des services éco-systémiques et adaptation au changement climatique), les élus de la majorité ont décidé d'adopter une décision ferme vis-à-vis des zones de mouil­lage à autoriser. Outre le site de Tahiamanu, d'autres zones de mouillage seraient également retirées : Papetoai (près des tiki submergés), Opunohu, Haapiti, Afareaitu (Maatea et Patae), de Teavaro (face à la vallée Maamaa).

Plaisanciers déterminés

Il reste toutefois à voir prochainement la réaction des représentants des plaisanciers. Est-ce que l'on n'assistera pas à un clash dans les jours à venir, entre la municipalité et eux ? Une chose est sûre, ces derniers seraient déterminés à faire entendre leur voix. Mais pourquoi tant d'intransigeance de la part du maire de Moorea, Evans Haumani, et de sa majorité vis-à-vis des voiliers ?

Le tàvana et son conseil municipal expriment tout simplement, face au nombre grandissant de voiliers, leur volonté de structurer l'accueil des plaisanciers et de remettre de l'ordre face à certains comportements nuisibles autour de l'île Sœur. Il y a une volonté claire de leur faire payer les services communaux habituels, tels que l'eau ou le ramassage des déchets, comme tout citoyen de l'île. Dans l'annexe de

RÉACTION

EVANS HAUMANI, MAIRE DE MOOREA-MAIAO

"NOTRE VŒU EST QU'IL N'Y AIT PLUS DE VOILIERS À TAHIANIANU"

"Il y a un problème de sécurité sur la zone de mouillage de Tahiamanu. Les voiliers occupent le chenal, alors que celui-ci est utilisé par plusieurs prestataires. Ces derniers viennent vers la plage pour éviter ces voi­liers, là où il y a justement plein de baigneurs. Il y a donc des risques d'accident. Tahiamanu est peut-être un site international, mais c'est une plage publique. On se préoccupe avant tout de la sécurité de la popu­lation. C'est notre priorité.

Je rappelle à tout le monde que la commune a été condamnée à verser 20 millions de Fcfp à la famille de la victime de l'accident de paddle, survenue en novembre 2011 à Haapiti. On a aussi été obligés de prendre, à un moment donné, un arrêté pour suspendre les activités de kitesurf dans certaines zones lagunaires de Moorea, à cause de quelques com­portements dangereux. On a finalement trouvé un accord par la suite. Le vœu du conseil municipal est qu'il n'y ait plus de voiliers à Tahiamanu.
Il y a aussi des risques d'accident dans la baie d'Opunohu et celle de Paopao avec les voiliers. Ceux-ci gênent le passage des paquebots. On fait d'ailleurs souvent appel à la brigade nautique de la commune ou du service de l'équipement pour intervenir en cas de souci. Les riverains se plaignent également des rejets d'eaux sales des voiliers ou des poubelles qui sont amenées sur les bords de route.
On a un projet de création d'une marina flottante dans la baie de Paopao. La commune a aussi commencé a acheté des terrains à Paopao afin de construire les infrastructures d'accueil pour les plaisanciers, comme les toilettes, les sanitaires ou les buanderies. On étudie également à la possibilité de mettre en place de nouvelles zones de mouillage autour de l'île."

sa délibération n°93 /2018 du 13 septembre 2018, les élus, qui ont émis leur souhait de mettre en place une redevance/taxe, ainsi que de réduire le quota des mouillages, font justement le constat suivant : "Trop de voiliers et yachts sont présents sur le plan d'eau, sans aucune contrepartie financière versée à la commune, alors que ces derniers déposent leurs déchets à terre ou viennent se ravitailler en eau."
L'absence de ces services à la disposition des voiliers provoquerait quelques dérives, qui seraient très mal appréciés par cer­tains riverains. "Ces voiliers (dans la Baie de Opunohu) sont là depuis des années. Au début, ils venaient jeter leurs déchets dans la poubelle du magasin, avant que le propriétaire ne s'en rende compte et retire ses poubelles. Par la suite, ils ont continué à jeter leurs sacs poubelles dans la mer. II y a toutes sortes de déchets dans leurs sacs, comme des boîtes de conserve", témoigne un pêcheur de Urufara. "Une fois, un plai­sancier est venu déposer ses déchets sur des chaises dans ma cour et a utilisé mon eau. Je lui ai clairement fait comprendre qu'il ne devait pas recommencer. Je me demande s'ils utilisent désormais les poubelles ou l'eau des autres habitants", a déclaré Edmée Brosious, présidente de l'association Paruru ia Opunohu.

La pollution dans le lagon est égale­ment l'une des problématiques qui préoccupe les élus de l'île Soeur. Pour rappel, l'un des objectifs du PGEM de Moorea est le contrôle des pollutions et des dégradations du milieu marin. Or, à l'aube du renouvellement de ce PGEM, créé en 2004, on ne peut pas dire que les voiliers ont fait, jusqu'à présent, forte impression auprès des élus, ainsi que de la population, en matière de limitation de leur impact sur l'environnement. C'est ce que révèle notamment une enquête réalisée dans le cadre du projet Rescue auprès des riverains de la baie de Opunohu (Rapport "Gestion des mouillages à Opunohu/Moorea et aux Gambier"). Selon les résultats de cette enquête, "les plaisanciers souffrent dans l'ensemble d'une mauvaise image, les résidents considèrent que toutes les eaux usées (toilettes, vaisselle) partent à la mer sans traitement et polluent, avec un impact notable sur les poissons qui risquent d'être pêchés et sur les eaux de baignade. Ils considèrent également que les voiliers jettent leurs ancres sur les récifs et détruisent les coraux".

Certains riverains n'hésitent d'ailleurs pas à exprimer leur frustration. "Ces voiliers [à Urufara, dans baie de Opu­nohu] sont là depuis des années. Ils utilisent un seau d'eau pour récupérer les eaux des toilettes et les versent dans la mer. Ce qui est très mauvais pour les enfants puisque ces derniers se baignent juste à quelques mètres des voiliers. Je n'habite pas aux alentours de Tahiamanu, mais je suis certain que les voiliers font la même chose là-bas", témoigne encore le pêcheur de Urufara avant d'ajouter que " les mtito'i et les élus savent pertinemment ce qui se passe. C'est à eux d'aller les voir pour faire un rappel à l'ordre. Ça serait bien que ces voiliers soient déplacés vers des sites où ils auraient des infrastructures adéquates à leur disposition, comme les toilettes. Il y a par exemple le quai de Papetoe".

La cohabitation avec les prestataires de service pourrait être améliorée par un meilleur partage de la zone.

"Beaucoup de poissons tels que les ôrare, les ohopu ou les ha'urà ne viennent plus dans la baie de Opunohu, depuis quelques années. Cela en va de même pour les dauphins. ll y a aussi moins de ature. Nous sommes convaincus que cela est dû à la pollution causée par les voiliers et par les excursions de Jet-Ski. J'ai personnellement dit à tavana Evans que nous n'en voulons plus [les voiliers et les Jet-Skis] dans cette baie", insiste Edmée Brosious.
Outre l'impact environnemental sur le milieu marin, la gêne visuelle causée par les voiliers auprès de la population dans certaines zones de mouillage, telle Tahiamanu, inquiéterait également les élus de l'île Soeur.

Non-respect de la réglementation sur les ancrages

Mais s'il y a bien un point qui inquiète le plus le tàvana de Moorea et ses maires-adjoints dans la révision du PGEM, c'est bien celle de la sécurité de tous les usagers de la mer. Il y est écrit, par exemple, que la présence de voiliers dans la zone de Tahiamanu gêne le chenal. Ce qui augmente les risques d'ac­cident et pose une question de sécurité, qui incombe au maire. La décision de suppri­mer cette zone ne s'est pas fait attendre d'autant qu'elle est l'une des zones les plus fréquentées par les prestataires touristiques (bateaux, pirogues à moteurs, Jet-Skis, etc.), les pêcheurs et la population. Cette zone lagunaire, en plus d'être bien située entre plusieurs hôtels et pensions de famille, représente une voie d'accès indispensable vers quelques sites touristiques incontour­nables (plongée sous-marine, shark-feeding, nourrissage de raies, tiki sous-marins ...) ou d'autres sites très appréciés de la popula­tion tels que les motu Tiahura et Faaone, à Haapiti. Toutes ces embarcations sont donc obligées de contourner à chaque fois les quelque 20 à 30 voiliers présents dans le chenal, pendant toute l'année. Outre la sécurité dans le chenal, celle des baigneurs qui viennent régulièrement se détendre à la plage de Tahiamanu, située à quelques mètres de la zone de mouillage et du chenal, préoccupe également les élus.

RÉACTION

JULIEN GUILLET, TECHNICIEN À CREOCEAN, DANS LE CADRE DU PROJET RESCCUE

"ON A DÉTERMINÉ COMBIEN DE MOUILLAGES ON POUVAIT METTRE"

"Notre travail sur le site de Tahiamanu était de deux ordres : la protection contre l'érosion du sol de la plage et la mise en place d'une zone de mouillage organisée pour , les plaisanciers. L'aspect technique était de concevoir, la zone de mouillage, de dimensionner les ancrages. écologiques, la ligne de mouillage, les bouées et de mettre tout cela sur des plans. Il fallait savoir combien on pouvait mettre de bateau sur la zone en respectant les zones d'évitages, les longueurs de ligne de mouillage. Pour cela, on a fait une cartographie des fonds, on a été voir la nature des fonds, les épaisseurs des matériaux de fonds de sable pour savoir si on pouvait mettre des ancrages écologiques, en sachant qu'un tel ancrage écologique nécessite d'avoir deux à trois mètres de sable. Une fois qu'on a eu ces informations, on a pu déterminer combien on pouvait mettre de mouillages avec leurs caractéristiques, ainsi que le diamètre des chaînes, des bouées... Sur l'emplacement des mouillages, on a échangé au préalable avec les élus. De même, on a effectué des visites de terrain et des enquêtes auprès des riverains. Il y avait la problématique, avec ces derniers, de ne pas trop mettre de mouillages en face des lagons. ll y a aussi eu des échanges sur le terrain avec les élus et le représentant des plaisanciers. Cela a permis de circonscrire une zone qui convenait globalement à tout le monde. On a revu notre plan d'implantation des mouillages à plusieurs reprises, en tenant compte à chaque fois des contraintes des acteurs locaux. Ainsi, sur la zone de Tahiamanu, on avait fixé un premier nombre de mouillages. Celui-ci a été revu en fonction de l'im­plantation de la zone, qui a été déplacée en cours de route pour tenir compte des remarques, comme le problème de navigation dans le chenal et le passage des prestataires. C'est une problématique des décideurs publics qui, à un moment donné, doivent décider combien on en accepte. Les discussions se sont déroulées dans le cadre de la révision du PGEM. Ce qui se passe après est en dehors de notre cadre d'intervention."

Le risque d'accident créé par le nombre trop élevé de voiliers dans certaines zones de mouillage n'est en fait que la conséquence directe du non-respect de la réglementation du PGEM, de la part de certains plaisanciers depuis quelques années, au sujet du délai autorisé des ancrages. La réglementation en vigueur prévoit qu'un bateau peut rester ancrer 48 heures sur les fonds de sable. Passé ce délai, il doit être ancrée dans les zones prévues à cet effet, au maximum 7 jours consécutifs et 90 jours cumulés au cours de l'année". Force est de constater que cette règle n'est pas respectée par tous. Dans la zone de mouillage de Tahiamanu par exemple, cinq voiliers seraient restés sur place depuis quelques années, selon la brigade nautique de la municipalité. S'il n'est pas question de bannir la présence de plaisanciers à Moorea, alors même que ce tourisme tend à se développer, entre incivisme de certains plaisanciers et laxisme des autorités, il est temps de mettre un peu d'ordre.

Toatane Rurua

INTERVIEW

Stéphanie BETZ PRÉSIDENTE DE TAIMOANA (SYNDICAT DES ACTIVITÉS NAUTIQUES)

"COMME PARTOUT DANS LE MONDE, TU PAYES S'IL Y A UN SERVICE"

La présidente de Taimoana n'est pas à court d'idées pour améliorer la situation.

Plusieurs problématiques pré­occupent actuellement les élus de Moorea, telles que les poubelles ou encore la pollution causée par les voiliers. Que leur répondez-vous ?

On entendait ces problématiques l'année dernière lors des réunions du PGEM avec le maire et les équipes de la commune. Il y avait un nombre trop élevés de voiliers à Tahiamanu, les poubelles, les histoires de pollution avec les eaux usées des voiliers, les toilettes, etc. On voudrait dire qu'on comprend lorsqu'il y a une problématique, mais il y a aussi des solutions. Par exemple, les bateaux peuvent avoir des "holding tank" (réservoir de stockage) pour les eaux usées, puis les vider quand ils s'en vont. Concernant les déchets, on a payé et installé des poubelles avec des auto­collants à l'ancien hôtel Bali Hai (hôtel Aimeo Lodge) pour que les plaisanciers puissent aller mettre leurs déchets dans les poubelles sans se dire : "J'utilise la poubelle de quelqu'un d'autre ou personne n'a payé la rede­vance à la commune pour mes déchets." Nous attendons que les nouvelles zones de mouillage soient fixées par la commune avant de proposer de déposer de nouvelles poubelles. On leur demande en fait de nous prendre comme des sources de solution parce que la commune ne pourra pas tout gérer toute seule. Si on travaille avec tous les acteurs, on peut arriver à gérer et à réguler pour que cela soit le moins nuisible possible pour la population.

Les élus sont très préoccupés par les risques d'accident à Tahiamanu. Com­prenez-vous leurs réactions ?

Effectivement, 40 bateaux sur le site de Tahiamanu, c'est trop. Du coup, les bateaux débordent un peu dans le chenal. Mais on a aussi fait des propositions par rapport à la problématique de la sécurité.

On pourrait avoir les baigneurs à la plage de Tahiamanu et placer les voiliers immobiles juste après, pour protéger ces baigneurs. Les speed boats passeraient ainsi par le chenal, sans tra­verser au milieu des voiliers. Les baigneurs pourraient dans ce cas faire tranquille­ment des activités nautiques sans avoir à craindre des engins à moteur. Si on limite le nombre de bateaux à Tahiamanu, il faut aussi donner à l'en­semble des utilisa­teurs la possibilité d'y aller. Si dix mouillages sont autorisés dans le PGEM à Tahiamanu, il faudrait avoir une durée limitée pour l'utilisation des corps-morts et un code couleur pour chaque type d'utilisateur. Ce qui permettrait à chacun d'avoir la possibilité d'y aller et de ne pas nuire au développe­ment économique de l'île, des sociétés de charter ou de la plaisance en général. Il faudrait effectivement se dire qu'il y en a trop, qu'on doit réguler et qu'on doit réfléchir au nombre de mouillage supportable pour le site.

Pour quelle raison les plaisanciers veulent absolument garder le site de Tahiamanu comme zone de mouillage ?

C'est un peu comme quand tu vas à Paris, tu vas voir la Tour Eiffel. Quand les plaisan­ciers de l'étranger viennent à Moorea, ils viennent voir Tahiamanu. Avant de venir, ils ont déjà vu le site dans les livres ou dans les guides dans lesquels les gens racontent leur escale à Moorea. C'est un mouillage mythique et emblématique, un des plus beaux de la Polynésie française. La vue, le mouillage dans le sable, la montagne, la baie : c'est magique. Le site de Tahiamanu fait partie des escales que les plaisanciers-résidents, les plaisanciers internationaux ou les sociétés de charter veulent voir.

Ce site et celui près des tiki (tiki sub­mergés du sculpteur Tihoti dans le lagon de Papetoai, ndlr) font partie des sites de mouillage incontournables de la Polynésie française. D'ailleurs, on aimerait qu'il y ait au moins deux à trois corps-morts au site des tiki dans le nouveau PGEM pour que les plaisanciers aient la possibilité d'y aller pendant le jour.

Pour Tahiamanu, c'est aussi une ques­tion de sécurité, une histoire d'ancre. Un plaisancier n'a pas assez de chaîne pour mouiller dans 20 mètres de profondeur. S'il y a 20 mètres de profondeur, tu dois mettre au moins 60 mètres de chaîne pour être sûr que ton bateau ne va pas partir lorsqu'il y a un coup de vent. Or les bateaux n'ont pas 60 mètres de chaîne, parce que c'est trop lourd. À Tahiamanu, il y a 5 mètres de profondeur alors que dans la baie, c'est profond. Si toutefois la commune décide de mettre des corps-morts dans la baie, il faut que ceux-ci soient entretenus, vérifiés. S'ils cassent, les plaisanciers pourraient avoir des problèmes avec leur bateau et on leur aurait fait payer, dans ce cas, la nuit au corps-mort pour rien.

Vous mettez souvent en avant l'argument de l'impact économique de la présence des plaisanciers à Moorea. Pourriez-vous nous donner quelques chiffres ?

Il y a deux sociétés de charter indépendan­tes basées à Moorea qui font 150 à 200 jours de charter par an, sachant qu'une journée de charter coûte en moyenne 100 000 francs. La société "Tahiti Voile et Lagon" fait 120 jours par an d'excursion pour le navire Paul Gauguin. La société "Poe Charter" fait en gros 60 jours de charter par an avec les paquebots. Après, il y a les loueurs indépen­dants qui font en moyenne 5 à 10 jours d'excursion par an. Au total, on estime que les sociétés de charter totalisent ensemble 400 journées d'excursion par an. Concer­nant le flux de la plaisance internationale, il y a 700 bateaux de l'étranger qui restent une dizaine de jours par an. Ce qui leur fait donc 7 000 nuits. Leurs zones de mouillage favori sont Opunohu et Tahiamanu. Après, il y a les rallyes, c'est-à-dire des voiliers qui naviguent en groupe. Il y a deux à trois rallyes par an dans lesquels 30 bateaux naviguent ensemble. C'est comme quand on organise l'événement "Tahiti-Moorea sailing rendez-vous", auquel participent 60 bateaux. Dans ce cas, il y a une organ­isation qui s'assure que les bateaux sont mouillés au bon endroit. La population est carrément impliquée dans cet événement, depuis quinze ans. La commune nous sou­tient aussi. Donc on ne peut pas dire que la commune ne veut pas des voiliers, parce qu'elle nous aide dans ce type d'activité.

Après, il y a les voiliers-résidents de la Polynésie française. L'AVP (Association des voiliers de Polynésie) a estimé que 30 à 40 bateaux viennent régulièrement passer un week-end à Moorea. Ceux-là utilisent et payent également plusieurs services, comme l'accrobranche (à Opunohu, ndir). Ils vont aux snacks, etc. L'AVP a aussi recensé sept bateaux à Tahiamanu dans lesquels vivent des résidents de l'île Sœur.

Les plaisanciers seraient-ils d'accord pour payer des taxes à Moorea ?

On est d'accord pour payer des taxes. Comme partout dans le monde, tu payes s'il y a un service. Ce n'est pas un problème. Mais l'idée, c'est plutôt de payer à chaque fois qu'on s'arrête. Peut-être qu'on pourrait payer une taxe de navigation quand on rentre en Polynésie française. Par exem­ple, un séjour de trois mois pourrait coûter 100 000 francs. On pourrait alimenter une caisse avec cet argent pour financer des infrastructures dans les sites les plus fréquentés. On en discute avec le Pays.

À Moorea, les sociétés de charter et les plaisanciers sont d'accord pour payer la nuitée au corps-mort, car ça se passe comme cela dans le monde. Mais c'est bien qu'il y ait un service associé, comme par exemple le wifi, les poubelles, le gardiennage des petits annexes ou la laverie. Il y a plein de petits services qui pourraient être développés par les habitants de Moorea. Il pourrait y avoir des micro-activités et un petit lieu d'interface terre-mer entre la population et les plaisanciers, dans lequel ces derniers pourraient trouver des services ou des informations au sujet de ce qu'il y a à faire à Moorea, comme les fêtes des paroisses ou les grands bals. Dans ce cas, il y aurait une interaction entre les plaisanciers et les habitants de l'île, non plus un mur. Les clients des sociétés de charter vont manger au restaurant ou vont faire un tour de l'île en 4x4. Les plaisanciers internationaux vont faire leurs courses pour s'acheter à manger ; il y a des retombées possibles pour la population.

Toutes les problématiques concernant les plaisanciers à Moorea ne datent pas d'hier. Comment se fait-il que cela a perduré ?

L'erreur des professionnels est de n'avoir rien fait. On voyait qu'il y avait de plus en plus de bateaux, mais personne ne s'est dit qu'il fallait structurer, organiser. Aujourd'hui, on ne veut donc pas que la commune se retrouve seule face à ce problème. On aime notre lagon. On n'a pas envie que les sites soient détériorés ou qu'il y ait trop de monde. Du coup, on ne pourrait plus en profiter. L'idée est de travailler ensemble : acteurs, professionnels, commune et comité PGEM. RI

Propos recueillis par Toatane Rurua

  • Page 1 of 2
  • 1
  • 2
EnglishFrenchGermanItalianSpanish