Pourquoi adhérer à l'AVP en 2022 ?
Pourquoi adhérer à l'AVP en 2022 ?

Créer du lien au sein de l’association et nous connaître un peu mieux. Parce qu’une association c’est avant tout créer des occasions de se rencontrer, d’échanger, nous avons décidé de déclencher ces occasions afin que tous les adhérents puissent avoir un vrai rôle participatif, que chacun puisse...

Diapositive 1- Copie
Comment adhérer à l'Association ?
1 - Chez nos représentants :
TAHITI : Tahiti Yacht Accessoire à la marina Taina (Michel Baltzer)
HIVA OA : Maintenance Marquises Service (Chantier naval)
FAKARAVA : Fakarava Yacht Services (au village)
FAKARAVA : Pakokota Yacht Services (Pension Pakokota)
2 - Ou en ligne sur ce site
Diapositive 1- Copie- Copie- Copie
Diapositive 1- Copie- Copie
Un espace membre réservé
- Accès privilégié à des bons plans partagés
- Participation aux commandes groupées
- Des informations actualisées au quotidien
- Des forums pour s'exprimer et échanger
Diapositive 1- Copie- Copie- Copie- Copie- Copie
L'Association des Voiliers en Polynésie c'est avant tout un réseau de :
317 adhérents et 293 voiliers
606 abonnés Newsletter
6 antennes dans les iles
3347 abonnés sur Facebook
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow

Home Posts by “DaMouelle

PGEM Moorea – Requête en appel à la Cour administrative de Paris

No Comments

Suite au verdict du recours effectué contre le PGEM de Moorea (septembre 2022), l'AVP a décidé de faire appel devant la Cour administrative d'appel de Paris.

Voici à titre d'information la requête d'appel proposée par notre avocat, Me Thibaud MILLET de SELARL M.L.D.C.

221117 REQUETE APPEL AVP Paris

MAJ – Modification d’une zone de mouillage à Bora Bora / Removal mooring

No Comments

Nous vous transmettons cette information émanant de la DPAM concernant la zone J de mouillage à Bora Bora.

Prenez connaissance des points GPS de la zone et visualisez la carte sur ce document   AVINAV 4657

MISE À JOUR 29 NOVEMBRE 2022

JOPF Arrêté n° 2444 CM du 23_11_2022

JOPF Arrêté n° 2445 CM du 23_11_2022

 

 

NAVIGATORS ARE INFORMED OF THE REMOVAL OF THE ANCHORAGE NAMED "HITIAA 1" LOCATED AT THE FOLLOWING GPS COORDINATES:

Longitude: 151° 44.459’W

Latitude: 16° ​​27.978'S

DUE TO THE INSTALLATION OF A NEARBY WATER SUPPLY NETWORK

Don des 150 000 XPF à la FEPSM !

1 Comment

Suite à l'aimable invitation de la FEPSM (Fédération d'Entraide Polynésienne de Sauvetage en Mer) pour une visite officielle de la formation des sauveteurs en mer le jeudi 3 novembre 2022 dernier à Afareaitu (Moorea), le secrétaire de l'Association (résident de Moorea) s'est donc déplacé pour honorer cette invitation.

Une matinée placée sous le signe des bilans, des informations, des rapports de Présidents de station dans les îles, d'une démonstration en face la marina de Vaiare mais surtout de la présentation du référentiel de formation polynésien pour les Sauveteurs en Mer locaux ! Voilà véritablement une bonne chose permettant de faire avancer, de valoriser et de valider le travail effectué par tous ces bénévoles.

L'A.V.P. avait certes déjà un partenariat de principe avec la FEPSM lors des Puces Nautiques par exemple, ou alors en relayant sur le site de l'A.V.P. et ses réseaux sociaux le lien pour effectuer des dons afin de financer justement cette formation des Sauveteurs en Mer.

L'Association a décidé d'aller encore plus loin en faisant un don à la FEPSM à hauteur du versement de la Polynésie française concernant le recours contre le PGEM de Moorea. En effet, sur les faits liés au litige, le verdict du recours contre le PGEM a donné lieu de mettre à la charge de la Polynésie française la somme de 150 000 XPF à verser à l'A.V.P.

Cette somme de 150 000 XPF a donc été offerte sous forme de don à la Fédération d'Entraide Polynésienne de Sauvetage en Mer.

Parce qu'un jour, nous, plaisanciers, pouvons avoir besoin de ses bénévoles.

Donnons leur les moyens.

Dossier AVP dans Pacific Pirates Media !

No Comments

L'Association a décidé de commencer à interpeller certains médias pour faire connaître l'état des lieux de la plaisance en Polynésie française à l'heure actuelle.
Dominique Schmitt nous a proposé de faire un dossier sur le site Pacific Pirates Media.

Dossier AVP dans Pacific Pirates Media.
Un grand merci à lui et son équipe !

Le dossier n'apprendra pas forcément grand chose à tous ceux et toutes celles qui suivent nos informations sur le site mais espérons que cela touche de nombreuses autres personnes qui pourraient ainsi prendre conscience du problème de la gestion de la plaisance en Polynésie française.

Ce dossier pourrait être transmis à d'autres médias locaux, nationaux et internationaux.
Nous vous tiendrons bien évidemment informés !

Attention à la navigation dans HUAHINE !

No Comments

L'A.V.P. informe tous ces adhérents, sympathisants et lecteurs du site qu'une note d'information de la DPAM nous a été adressée concernant une invitation à la plus grande prudence lors de la navigation de jour comme de nuit dans le lagon de Huahine suite à des "travaux de modernisation de l'ensemble du balisage". La période des travaux s'étend du 06/10/2022 au 18/12/2022.

Note Information 4553 du 27.10.2022

Cette information nous a été communiquée par mail. Il est intéressant de noter que cette note d'information est adressée aux pécheurs, aux compagnies de transport interinsulaires, aux prestataires d'activités nautiques (charters, excursions, plongées, randonnées jet-ski, ...).
Les plaisanciers ne semblent donc toujours pas faire partie des usagers du lagon !

Lettre au Maire de Moorea-Maiao et la DPAM

No Comments

Suite au verdict de notre recours concernant le PGEM 2021, voici la lettre  envoyée à M. Evans HAUMANI, maire de Moorea-Maiao, à ses Responsables PGEM et Pôle Maritime ainsi qu'à la Directrice de la DPAM, Cathy ROCHETEAU.

 

 

Vaiare, le 05 octobre 2022

ASSOCIATION DES VOILIERS EN POLYNÉSIE
Association loi de 1901, fondée en 1981
avp.tahiti@gmail.com – http://voiliers.asso.pf
Réf : AVP-170901

 

Objet Suite concernant le nouveau PGEM de Moorea

 

à l’attention de M. le Maire de Moorea, Evans HAUMANI,
à l’attention de la Directrice de la DPAM, Catherine ROCHETEAU
à l’attention du Responsable PGA PGEM,
Solange VANE
à l’attention du Responsable du pôle maritime, Hereiti ARAPARI

 

Cher Tavana, chère Directrice, chers Responsables,

 

L’Association des Voiliers de Polynésie représente un peu plus de 300 adhérents pour quasiment autant de voiliers, plus de 600 abonnés à sa Newsletter, 6 antennes dans les îles, plus de 3 400 abonnés sur les réseaux sociaux et représente la plaisance au sein du Cluster Maritime de la Polynésie française.

Son rayonnement au sein de la plaisance en Polynésie française en fait, à priori, une entité à part entière pouvant être consultée pour toute décision touchant à la plaisance et son tourisme dans les cinq archipels. 

Le verdict concernant le recours contre le PGEM de Moorea, pour la partie plaisance, a été rendu le mardi 20 septembre dernier. Le jugement rendu se limite donc aux seules dispositions jugées illégales, à savoir :

  • l’article 50 II 1° du rapport de présentation, et donc aussi l’annexe 2, "en ce qu’ils localisent les mouillages de longue durée des voiliers dans la baie de Cook sans prévoir un tel mouillage au moyen de corps-mort", 
  • l’article 50 I et les documents graphiques en ce qu'ils ne prévoient pas "la localisation des accès et aménagements à terre à l’attention des plaisanciers pour les mouillages de longue durée". 

 

Concrètement, à l’heure actuelle :

- au vu des conclusions ci dessus ;
- au vu d'un courrier du Maire de Moorea en date du 28/03/2022
et dont rien n’a évolué depuis

- au vu de l’information fournie par le Pôle Maritime de la Commune de Moorea qui stipule que dans tous les cas, le texte qui reste applicable actuellement concernant le stationnement des voiliers est défini par l'arrêté n°1211 AU du 24/08/1983, dans lequel d’ailleurs il n’est aucunement mentionné la « règle des 48h » ;

- au vu, apparemment, de l’inaptitude du PGEM 2021 à entrer en cohérence avec le projet de la DPAM concernant la gestion des mouillages en Polynésie française ;

- et au vu de la décision de l’AVP de faire appel de la décision du jugement devant la Cour Administrative de Paris ;

nous nous permettons de vous solliciter pour savoir comment vous envisagez la suite de l’évolution de la plaisance en Polynésie française et plus particulièrement à Moorea.

En l’état actuel des choses, le PGEM 2021 de la Commune de Moorea-Maiao n’est pas applicable. Il apparaît nécessaire de trouver un équilibre rapidement comme cela a pu être mis en place à Huahine. Le très bon travail effectué par la commune de Huahine et la DPAM prouve qu’il est possible de trouver des aménagements faisant preuve de bon sens.
Pourquoi cela ne serait-il pas possible à Moorea ?

Afin d'informer les plaisanciers et les usagers du lagon de Moorea, pourriez-vous confirmer que les deux versions du PGEM ne peuvent s'appliquer actuellement. Nous comprenons qu'en l'absence d'arrêté d'application et de désignation d'un gestionnaire, le mouillage est globalement libre et non organisé à Moorea. 

Nous restons bien évidemment à la disposition de vos services pour toute consultation et autres réflexions que vous souhaiteriez mettre en place.

Dans l’attente d’un retour de vos parts, veuillez agréer nos salutations distinguées.

l’Association des Voiliers de Polynésie

 

VERDICT DU RECOURS CONTRE LE PGEM DE MOOREA !

No Comments

Le verdict concernant notre recours contre le PGEM de Moorea, pour la partie plaisance, a été rendu ce mardi 20 septembre 2022.

Pour les plus courageux, voici le document complet émanant du Tribunal administratif de Polynésie française et rendant compte de ses conclusions.

Jugement AVP-PGEM Moorea (sept 2022)

 

Pour les plus pressés, le tribunal a globalement suivi les conclusions du rapporteur publique, en limitant l'annulation du PGEM aux seuls dispositions jugées illégales, à savoir :

 

  • - l’article 50 II 1° du rapport de présentation, et donc aussi l’annexe 2, "en ce qu’ils localisent les mouillages de longue durée des voiliers dans la baie de Cook sans prévoir un tel mouillage au moyen de corps-mort", 

 

  • l’article 50 I et et les documents graphiques en ce qu'ils ne prévoient pas "la localisation des accès et aménagements à terre à l’attention des plaisanciers pour les mouillages de longue durée". 

 

L'Association a deux mois pour faire éventuellement appel.

Incivilités de plaisanciers !

No Comments

Le 23 août dernier, nous avons été alerté par un plaisancier au mouillage de Tahiamanu (Moorea) de l'incivilité d'un autre voilier. En effet, ce plaisancier s'est trouvé être pris à parti par des riverains lui signalant le dépôt de deux poubelles juste devant chez eux, le vendredi soir d'avant (19/08/22) !
D'autant plus dommageable que ces riverains seraient "les seuls" à accepter le débarquement des plaisanciers et l'accrochage des annexes à "leur cocotier".

La plaisance n'échappe pas à la règle : il y a des "brebis galeuses", des personnes non respectueuses (mais qui le seraient tout autant en étant chasseurs, maçons, enseignants, randonneurs, ...), des personnes qui ne semblent pas se préoccuper de  l'image qu'ils peuvent véhiculer  de leur communauté, des personnes ne faisant pas preuve d'empathie, ...
Surtout quand on connaît le contexte actuel de la plaisance en Polynésie française, ce genre de comportement est incompréhensible et évidemment pas constructif.

Chacun a sa propre sensibilité certes, mais il serait bien vu aussi de ne pas oublier le bien commun, au-delà de la simple relation riverains-plaisanciers. C'est avant tout un souci collectif (pour ne pas dire planétaire) que de gérer ses déchets à l'échelle individuelle. À chacun ses responsabilités, il faut les prendre et ne pas laisser la gestion de ses merdes à d'autres ... qu'on soit plaisanciers ou non !

L'AVP  ne peut évidemment pas cautionner ce genre de comportement ... et le fait savoir.

 

 

Rupture of mooring in “Artificial motu” (Raiatea)

No Comments

 

On July 15, the U16 mooring body on the "Motu artificiel" area, managed and rented by the Autonomous Port, broke.
The owner was contacted and taken to the area by the Port Captain of Uturoa. At first sight, there was no major damage, an expertise will certainly be carried out, the sailboat is safe.

This incident raises several questions.

As stated in the owner's sea report, "The mooring line, the float, and the U16 buoy are solidly fixed to the bow of the sailboat, as can be seen in the photos taken by the Port Captain". It does not seem then that the incident comes from a bad manipulation of the owner. This deadweight being one of those recently installed in the "Motu Artificiel" area of the Raiatea lagoon by the Port Autonome de Tahiti, it is therefore on the same model as all the others.
What about all the other moorings? The users of these vessels have the right to ask themselves this question.

Moreover, the Port Authority forbids any anchoring in this zone (on the large sandy area between the channel and the barrier) and forces sailboats to take one of their moorings. However, in this zone, there are no residents nearby, there is only sand, so in principle it would not disturb and would not cause any damage. The question is simple: what are the objective reasons for this ban?

It is possible to dock in Uturoa harbor with a dinghy, but this does not depend on the Autonomous Port! Therefore, how can we consider renting out moorings without a pontoon and without garbage dumps?
The recurring question then arises: why is this area under the control of the Autonomous Port and not the municipality of Uturoa, as the latter has been asking for months?

In conclusion, the majority of boaters are quite willing to pay for moorings in suitable areas, but is it utopian to demand secure, insured moorings that offer docking facilities for dinghies with waste disposal?
When you pay, you get service.
None of this sounds like special requirements, it is what is practiced all over the world ...

 

A matter to be followed very closely.

Rupture d’un corps-mort au motu artificiel (Raiatea)

No Comments

 

Le 15 juillet dernier, le corps-mort U16 sur la zone du "Motu artificiel", géré et loué par le Port Autonome, a lâché.
Le propriétaire a été contacté et emmené sur zone par le Capitaine du Port de Uturoa. Pas de gros dégâts au premier abord, une expertise sera certainement effectuée, le voilier est sécurisé.

Cet incident amène plusieurs questions.

Comme il est dit dans le rapport de mer du propriétaire, "L’amarre, le flotteur, et la bouée U16 sont solidement fixés à l’étrave du voilier comme peuvent en attester les photos prises par le capitaine du Port". Il ne semble pas alors que l'incident provienne d'une mauvaise manipulation du propriétaire. Ce corps-mort faisant partie de ceux installés récemment dans la zone du "Motu Artificiel" du lagon de Raiatea par le Port Autonome de Tahiti,  il est donc sur le même modèle que tous les autres.
Qu'en est-il alors de tous les autres corps-mort ? Les usagers en place dessus ont forcément le droit de se poser la question.

Par ailleurs, le Port Autonome interdit tout mouillage sur ancre dans cette zone (sur la grande partie de sable entre le chenal et la barrière) et force les voiliers à prendre un de leurs corps-morts. Or dans cette zone, il n'y a pas de résidents à proximité, il n'y a que du sable, donc à priori cela ne dérangerait pas et ne ferait pas de dégât. Le questionnement est simple : quelles sont les raisons objectives de cette interdiction ?

Il y a possibilité d'accoster au port d' Uturoa avec une annexe, mais cela ne dépend pas du Port Autonome ! Par conséquent, comment envisager une location de corps-morts sans ponton et sans dépôts d'ordures ?
La question récurrente se pose alors : pourquoi cette zone est-elle sous le contrôle du Port Autonome et non pas de la municipalité d'Uturoa, comme cette dernière le demande depuis des mois ?

 

En conclusion,  la majorité des plaisanciers sont tout à fait prêt à payer pour des corps-morts dans des zones adaptées mais est-il utopique d'exiger des corps-morts sécurisés, assurés et offrant un accostage possible pour annexe avec dépôt pour les déchets ?
Qui dit paiement, dit service.
Rien de tout cela ne ressemble à des exigences particulières, c'est ce qui se pratique un peu partout dans le monde ...

 

Affaire à suivre de très près.

EnglishFrenchGermanItalianSpanish